AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bittersweet (brianna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: bittersweet (brianna)   Lun Jan 11 2016, 21:10

bittersweet.
mactavishes (brianna & eoghan)


Eoghan ne pensait jamais se sentir si mal à l'aise dans sa propre maison.
Si étranger.

Les retrouvailles avec son frère, qu'il ne s'imaginait pas tout à fait heureuses, ont laissé un goût amer dans sa bouche. Il est resté seul à la maison pendant toute la journée, Alastair parti à la boutique familiale (non, sa boutique, il en a hérité, vous êtes tous morts) travailler, à tourner comme un lion en cage. À passer dans les pièces austères, poussiéreuses parfois, certainement pas dans l'état qu'elles étaient lorsque tout le monde y vivait et y riait. Eoghan est resté toute la journée à tourner et surtout, à réfléchir. À réfléchir aux raisons de son retour et au potentiel responsable du dit retour, jusqu'à laisser son esprit se fixer sur une idée. D'abord vague, fuyante, puis nette, presque trop – son esprit semble ainsi désormais fait, construit pour se concentrer sur une chose jusqu'à ne voir qu'elle.
Une idée nette du responsable de son état. Plutôt, de LA responsable. Jusqu'à en être certain, sûr à en parier tout ce qu'il ne possède plus. Jusqu'à en serrer les dents et les poings, jusqu'à en maudire son nom et partir en coup de vent, laissant à peine une note à son cadet. Je reviens cette nuit.

(en effet, il est revenu cette nuit)

Il n'a même pas attendu l'heure de la fermeture de la librairie pour passer de la maison à la ville, marchant de la demeure MacTavish jusque dans le vieux Inverness, de ce pas rapide et énergique qu'il a toujours affecté et qu'il peut désormais user sans s'épuiser. Après tout, le temps qu'il se rende où il le désire, tout sera fermé. À son costume moisi de funérailles s'est substitué ses froques de charpentier, plus discrètes. Un jean qui a vu de meilleurs jours, une vieille chemise chaude et le manteau de son père, légèrement mangé au bout des manches, mais toujours aussi confortable. Il ne sent pas le froid, de toute façon; il pourrait être nu que ce serait la même chose, pour lui. Une casquette cache sa tignasse blonde et jette une ombre sur son visage, dont les traits restent plus que reconnaissables. La marche le mène jusque dans le vieux quartier, à une maison dont il n'a foulé les marches que de rares fois.
Il frappe vigoureusement à la porte de la maison de Brianna, de quelques coups furieux. C'est la deuxième, peut-être troisième, fois qu'il vient ici, et chaque visite a toujours été plus désagréable que la précédente. Cette fois-ci, c'est le paroxysme de la chose. Eoghan retire sa casquette, dévoilant bien ses traits, juste à temps pour que la porte s'ouvre sur la silhouette de sa cousine. Elle n'a pas changé d'un poil – comme pour confirmer son inspiration, son intuition, son obsession. « Satisfaite ? La voix est rauque et sèche, les bras légèrement écartés pour mieux exposer sa haute taille. Il bouscule ensuite Brianna, entrant chez elle sans même lui demander. Dans son état, rester dehors peut être risqué. Il connaît trop de gens, à Inverness. Bien trop. On gèle, ça pourrait même réveiller les morts, qu'en dis-tu, Brianna ? » L'intonation ironique est perçante. Les yeux meurtriers, quand il se retourne vers la rouquine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Lun Jan 11 2016, 21:29


 

Symphonie of Death



le nez dans ma lecture, absorbée par les mots et les symboles, il y aurait pu y avoir la fin du monde, que j'aurais été toujours trop absorbé pour entendre. Ou même pour comprendre. écoutant juste en fond, un petit air de Damien Rice, assise au bureau, éclairée de la petite lampe au dessus de mon nez, grignotant un morceau de crackers. Ce manuscrit magique était tout à fait fascinant, il parlait d'Amulettes, de vaudou, et de tout un tas d'autres choses, dont je lui la seule à apprécier les descriptions longues de plusieurs pages. Mon chat vint se glisser sur mes genoux, pour y piquer une petite sieste, et je le laissais rester, caressant distraitement son poil d'une main.

Le fait que quelqu'un toqua à ma porte, fut l'élément déclencheur de mon réveil. Je levais le nez vers la porte d'entrée en fronçant les sourcils, je n'attendais personne pourtant. Je posais mon cracker sur le bureau, me frottais les mains l'une contre l'autre, déplaçais le chat sur le canapé, et me relevais pour aller vers la porte. ça tambourinait et pas de manière calme et apaisée. "Qui est là?" Tentais-je alors, appuyée contre le bois froid de ma porte, mais aucune réponse ne vint éclairer ma lanterne. J'aurais aimé que ce soit Ilyan certainement, mais lorsque j'ouvris finalement la porte, ce que je vis me coupai la chique un instant. Il parla, il parla... Oui c'est à notifier puisque c'était Eoghan, mon cousin mort il y a 4 ans, qui vint frapper à ma porte, me parler... Et maintenant entrer dans mon salon. Je restais là, sans comprendre, le regardant pour déceler un brin de vampirisme en lui, ou de démon même!

Lentement je referme la porte, et prends quelques instants en silence, pour accuser le coup. "Eoghan..." Soufflais-je trop surprise. Je n'étais pas allée aux funérailles, parce que je n'apprécie guère ma famille, mais j'avais été informé de son décès malheureux. "Je... Qu'est ce que... Comment?" Je n'arriverais pas tout de suite à faire une phrase construite. "Quelle créature es tu? Si je ne m'abuse tu es mort il y a 4 ans..." Dis-je alors, en me dirigeant vers le bureau, pour y ranger les manuscrits magiques et fermer les livres.  




Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Lun Jan 11 2016, 21:33

« Eoghan… Je... Qu'est ce que... Comment? » Ha ! Quel bonheur et quel plaisir de voir sa cousine, toujours tellement en contrôle, toujours tellement mesurée, perdre ledit contrôle ! Elle n’a sans doute pas prévu que sa création allait d’elle-même venir la rejoindre, ayant mis son plan à nu ! La rouquine n’a même pas essayé de s’opposer à son entrée dans sa demeure, se contentant de le regarder avec des yeux ronds, complètement désarmée. Ses bottes frappent contre le plancher, comme pour consacrer son arrivée nouvelle sur cette terre des vivants. Comme un pèlerinage : son frère, d’abord, puis sa cousine, et peut-être, un jour, celle qu’il aime encore malgré la mort.

Brianna semble retrouver la faculté de faire des phrases sensées et complètes, le premier choc passé : « Quelle créature es-tu? Si je ne m'abuse tu es mort il y a 4 ans... » Il y a telle surprise dans le ton de Brianna que la conviction d’Eoghan vacille. Et si ce n’est pas elle, qui l’a levé de sa tombe ? Si, tout comme Alastair, elle n’a aucune idée de ce qu’il se passe ? Après tout, dent contre les MacTavish ou non, elle en reste une. Sa conviction de culpabilité vacille, donc, mais l’ironie reste forte, le soupçon tout autant, quand il lui répond : « Tu ne t’abuses pas du tout, Brianna, je suis bien mort il y a quatre ans. Mort, découpé en morceaux, mangé, enterré, décomposé. Plus mort que mort, autant que l’on peut l’imaginer. Et c’est exactement la question que je me pose. Qu’est-ce que je suis ? »
Démon, mort-vivant, humain, il n’en sait rien. Il vit, pourtant, il respire, il souffre, il pleure, il parle, il peut même saigner, il l’a essayé, mais il sait qu’il est devenu autre chose.
Sa casquette se tord entre ses larges mains, il la remet sur sa tête, l’enlève à nouveau, fait quelques pas avant d’aller se poser dans un fauteuil, puis de se relever. Il n’est pas fatigué, pas épuisé le moins du monde. Il est simplement nerveux – et ça, ce n’est pas lui. Il n’a jamais été du genre nerveux. Ses bottes résonnent contre le plancher, à chaque pas, quand il tourne en rond, quand il va loucher vers le bureau de Brianna, où elle a refermé grimoires et manuscrits.

« Je me suis dit que tu pourrais peut-être y répondre, à cette question. Ce que je suis. Le regard qui capte celui de son aînée, le soutient sans faiblir. Parce que seul un sorcier, ou une sorcière, peut faire cela, avec un peu d’aide. Ressusciter. » L’accusation est à peine voilée, dans la voix grave. Accusation questionnement, accusation pourtant convaincue. Il aimerait presque que ce soit elle. Parce que sinon, qui donc ça pourrait être ? Elle est sa meilleure et sa seule option.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Lun Jan 11 2016, 21:36


 

Symphonie of Death



"Comment ça qu'est ce que tu es... Comment... veux tu que je le sache..." Je marchais de coté, le contournant, en ayant peur qu'il m'attaque à tous moments. Il pouvait être vampire, ou... métamorphe peut être, qu'en savais-je moi?! On ne se parlait pour ainsi dire pas, de son vivant, et aujourd'hui mort et enterré, il souhaitait rattraper le temps?! "Je trouve ça assez fort que tu viennes me voir moi... N'as tu pas des personnes de ta famille, plus proches que moi?" Ajoutais-je en m'arrêtant contre un petit meuble, que de dos, je tins en main. Comme si lui seul, pouvait retirer le malaise ambiant, et le doute d'une attaque à venir. Il a l'air nerveux, et ça ne me calme pas intérieurement, il se tortille, tord sa casquette et se dirige vers mon bureau, pour toucher mon manuscrit ancien. Il finit par réellement me demander de l'aide, ce qui me fit arquer un sourcil de surprise. Il avait pourtant appuyé un peu trop nettement sur le mot sorcière. Je fis la moue, croisant les bras sur ma poitrine. "Tu penses que c'est moi... Tu penses que j'aime trop peu notre famille, pour laisser reposer les morts?!" Lâchais-je un peu piquée au vif. "Je ne vous aime pas, ne vous ai jamais aimé, mais c'est parce que j'ai toujours été trop différente de vous... Tu ne le sais peut être pas, mais Damian est mort... tué par notre chère cousine... la chasseuse... Donc non excuses moi de te décevoir Eoghan, mais je ne t'ai pas ramené à la vie... Je pense que c'est un cadeau de mourir par les temps qui courent et une félicité de reposer en paix."

Je marchais vers lui, pour le rejoindre, le regarder de plus prêt, avant de décider d'un commun accord avec moi, qu'il n'allait pas aller jusqu'à me menacer de mort, ou me tuer tout simplement. "Assieds toi Eoghan, et racontes moi ce dont tu te souviens... J'accepte de t'aider, je ferais mon possible pour retrouver les coupables, et demanderais de l'aide de chasseurs de ma connaissance au besoin..." Je me servis un verre de scotch, et lui en tendis un, peut être l'alcool l'aidera à parler de ce qui a été sa traversée des limbes et de l'enfer.



Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Lun Jan 18 2016, 04:34

« Comment ça qu'est-ce que tu es... Comment... veux-tu que je le sache... »
Il a envie de hurler.
T'es une sorcière, oui ou merde?
T'es une MacTavish, que tu le veuilles ou non, oui ou merde?
Mais il ne hurle pas. Il sait bien que ça doit se lire dans son visage. « Je trouve ça assez fort que tu viennes me voir moi... N'as tu pas des personnes de ta famille, plus proches que moi? Ils sont tous morts. Sauf Last. » Le ton est emplit de morgue. Qu'elle ne fasse pas l'innocente. Elle sait bien que toute sa famille est morte, toute sa famille proche. Son père, sa mère, sa sœur, sa nièce, et que seul son frère a survécu, désormais en ermite aimable et chaleureux comme une porte de prison. Donc non. Il n'a personne, sauf Alastair.

L'accusation fait mouche. Brianna n'est pas idiote, après tout. « Tu penses que c'est moi... Tu penses que j'aime trop peu notre famille, pour laisser reposer les morts?! Il hausse une épaule, ne sachant que répondre. Bien sûr qu'il y a pensé. Qu'elle détestait assez les MacTavish pour pourrir la vie à ce qui en restait. Je ne vous aime pas, ne vous ai jamais aimé, mais c'est parce que j'ai toujours été trop différente de vous... Tu ne le sais peut être pas, mais Damian est mort... tué par notre chère cousine... la chasseuse... Donc non excuses moi de te décevoir Eoghan, mais je ne t'ai pas ramené à la vie... Je pense que c'est un cadeau de mourir par les temps qui courent et une félicité de reposer en paix. » Il reste silencieux, presque honteux, ne détournant pourtant pas le regard de celui de Brianna. Erreur, donc. Il a mal jugé. Pourtant, la colère ne descend pas. Si ce n'est pas elle, qui donc ? Eoghan n'avait pas d'ennemis, de son vivant, rien d'assez puissant pour justifier de tels actes à retardement. Rien qui puisse justifier de telles horreurs. Il aimerait que ce soit Brianna. Il aimerait que ce soit elle, et pas qu'elle lui... demande de confier ses sentiments, ce qu'il a vécu, sans lui tenir plus rigueur de son accusation : « Assieds-toi Eoghan, et racontes-moi ce dont tu te souviens... J'accepte de t'aider, je ferais mon possible pour retrouver les coupables, et demanderais de l'aide de chasseurs de ma connaissance au besoin... »
Il prend le verre dans sa main, l'odeur du scotch lui montant au nez sans pourtant rien réveiller chez lui. Ni appétit, ni envie, rien qui lui rappelle tout le goût qu'il avait pour cet alcool jadis. Ça en est désespérant. À quoi cela lui sert-il de revenir à la vie s'il est incapable d'apprécier un putain de scotch ? Il en boit tout de même une gorgée, le goût sur sa langue n'étant heureusement pas celui de la cendre comme il le redoutait. « Je suis désolé, pour Damian. Je ne pouvais pas savoir. » Il est mort depuis quatre ans, après tout, et il y a quatre ans, les rares nouvelles venant de sa cousine la décrivaient heureuse en mariage (et tant mieux pour elle). Et jamais il n'a pensé à demander des nouvelles d'elle à Alastair. Lui est mort, mais le monde n'a pas cessé de tourner. Ni les gens de mourir.
Damian était un type bien (et il avait fait la blague à Brianna, jadis, quand ils étaient plus jeunes, qu'elle avait fait un bon choix de type à ensorceler)(elle n'avait pas ri). Et lui aussi est mort. Tué par leur chasseuse de cousine.
Foutue Loreleï.
Eoghan s'assit, le temps d'une phrase un peu incrédule, bien que morne :« Je me souviens que je suis mort. Et que je me suis réveillé dans mon cercueil. »

Comme il aurait aimé que ce soit Brianna.

L'homme se lève du fauteuil, à nouveau marchant pensivement, serrant le verre entre ses doigts, y prenant une autre gorgée. « Juste la... juste la mort. Un voile. Et le retour. Dans mon cercueil. Je suis sorti de la terre et il y avait du sang... partout. Sur ma tombe et sur la pierre tombale. Et il y a ça. » Sa main libre vient soulever sa chemise de vieille flanelle, exposant le ventre aux poils blonds jusqu'aux pectoraux. Légèrement sous ceux-ci, bien au centre, est gravée dans la chair pâle une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] encore rouge, comme imprimée au fer. Indolore, pourtant. Le temps d'un regard de sa cousine et il abaisse le tissu, cachant la marque ensorcelée (parce qu'il le sait, qu'elle l'est).


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Lun Mar 14 2016, 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Lun Jan 18 2016, 15:07


 

Symphonie of Death



Je levais les mains en l'air. "Je sais que tu ne pouvais pas savoir!" J'étais piquée au vif, je n'aimais pas particulièrement qu'on vienne m'attaquer et me reprocher les maux du monde, qui ne m'incombent pourtant pas! J'ai jamais demandé à être sorcière personnellement, j'ai eu le don, le gêne presque si on voit ça d'un côté génétique. Et je suis presque la seule de ma famille, mère exceptée donc, parce qu'il fallait bien que ça arrive de quelque part! "Je ne le dis pas pour te faire culpabiliser non plus, mais juste pour que tu comprennes, se diriger vers le relevage de morts, c'est toucher à la magie noire. Et aussi hostile que je puisse être aux réunions de la famille MacTavish, que dis-je le clan... Je ne suis pas adepte de magie noire, je ne pratique pour ma part, que la magie de la nature..." J'avais commencé la tirade un peu énervée, et puis doucement, c'était en train de retomber, pour ne laisser que ce sentiment d'impuissance et d'incompréhension.

Mais si je pouvais l'aider, je le ferais, parce que Eoghan n'a jamais été un mauvais bougre, je n'aimais pas son frère Last, mais lui ne m'avait jamais manqué de respect, ni tenté de me rallier négativement à la famille. Il m'avait laissé juste vivre, avec ma non passion pour notre nom de famille. Il fallait en parler, il fallait qu'il me raconte un peu, le déroulement de ses souvenirs, ce dont il se souvenait. Je poussais un vague soupir à son évocation vague et sans aide sur le sujet. "Soit." Dis-je simplement, et il se leva, levant ses vêtements, révélant son ventre et son torse. Je penchais la tête sur le côté, lorsque je vis le symbole sur sa peau. "Attends..." Je me levais, pour aller en face de lui, lui demandant donc de relever son vêtement. Je posais un index sur le symbole. "Je connais ce symbole... Je l'ai déjà vu... Et je suis désolée de t'annoncer, qu'il ne s'agit pas d'un bon présage." Je le laissais se rhabiller, et tournais autour de mon canapé, direction la sortie. "Il faut qu'on aille à la librairie, maintenant, j'ai un espace réservé aux sorciers, et chasseurs, ce symbole se trouve dans un vieux manuscrit." J'attrapais mon manteau, et retirais mes chaussons pour enfiler mes chaussures. "La certitude que tu peux avoir, c'est que ton corps a été relevé par un puissant sorcier noir, le sang c'est dû à un rituel de nécromancie."



Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Mar Jan 26 2016, 05:49

Il sait bien que son récit n'aide pas vraiment sa cause, mais il ne peut pas être plus clair. Il se souvient de sa mort et il se souvient s'être levé, excusez-moi madame la reine Brianna de ne pas me souvenir de toutes ces années de mort et peut-être de voyage aux Enfers. Seule la vue de la marque incrustée dans sa chair la fait réagir, tressaillir. « Attends... » Il a déjà abaissé le tissu, mais il le relève rapidement quand elle se lève pour venir regarder le symbole de plus près, puis le toucher, provoquant un frisson désagréable chez l'humain. Quelque chose qui semble traverser toute sa colonne et ensuite se concentrer dans l'endroit précis touché par sa cousine, comme une accumulation.

« Je connais ce symbole... Je l'ai déjà vu... Et je suis désolée de t'annoncer, qu'il ne s'agit pas d'un bon présage. » C'est à lui de soupirer. Elle ne lui apprend pas spécialement quelque chose, à vrai dire, mais il n'empêche qu'il aurait aimé... quelque chose d'autre. Un espoir. Une lumière de joie. Certainement pas avec Brianna. « Il faut qu'on aille à la librairie, maintenant, j'ai un espace réservé aux sorciers, et chasseurs, ce symbole se trouve dans un vieux manuscrit. Maintenant ? Une chance que cette putain de librairie lui appartient et que c'est pas une bibliothèque. La certitude que tu peux avoir, c'est que ton corps a été relevé par un puissant sorcier noir, le sang c'est dû à un rituel de nécromancie. »

Et des bonnes nouvelles, merde, c'est possible, parfois ?

« ... le genre de type qui a passé un pacte avec un démon, par exemple ?, articule Eoghan d'une voix aigre, remettant sa casquette – rangée précédemment dans une poche de son manteau sans qu'il s'en rende compte – sur son crâne. Il n'est pas chasseur, n'a jamais voulu l'être, n'a jamais eu la responsabilité de la boutique, mais il est un MacTavish. Certaines choses ne s'oublient pas. L'apprentissage d'une vie. J'étais en morceaux, dans ce cercueil, Brianna. Ils ont fait des guirlandes avec mes tripes et il ne restait rien de mon visage. Le cercueil était fermé, à l'église. Ils étaient tous fermés. Ils n'ont pas été incinérés. C'est pas le... n'importe qui... » Le souffle lui manque, étrangement, et il se laisse tomber dans le fauteuil, un peu abasourdi. Bien sûr que ses révélations ne le surprennent pas, il s'y attendait, mais ça ne l'a pas empêché d'espérer autre chose. Il veut, encore, tellement, que tout soit de sa faute, pour que tout soit réglé.
Ce n'est pas n'importe qui, qui peut réussir l'exploit de ramener un cadavre, vieux de quatre ans, enterré en pièces détachées. Et ça lui fait peur. Parce qu'il ne comprend pas ce qu'une personne avec ces pouvoirs peut bien avoir contre lui.


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Lun Mar 14 2016, 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Mar Fév 02 2016, 13:00


 

Symphonie of Death



Je pensais qu'il me suivait, mais non... Il est en état de choc et en pleine crise de panique. Il me parle de son état à sa mort, du cercueil qui était fermé, et là c'est l'escalade, il a du mal à respirer. Je retourne vers lui, m'accroupis devant lui, en posant mes mains sur les siennes. "Eoghan, tout va bien se passer, je suis là... Je sais que cette phrase à elle seule, peut faire peur, parce que je n'ai jamais été là pour toi, pour ma famille non plus, hormis pour Ren... mais là... tu es venu à moi avec des questions, et je me ferais forte d'y répondre." Je parlais doucement, tentant de lui communiquer par les mains, un peu de réconfort, rien de magique, juste de l'humanité. "Allons étudier ensemble ce manuscrit, une fois les réponses apportées, on pourra mieux agir. Enfin à mon sens, c'est la démarche à avoir. Si tu me dis que tu souhaites mourir, alors je me ferais forte de te faire retrouver la tombe et si tu souhaite vivre malgré tout, je tenterais de te protéger de ton assaillant magique. " Je ne savais pas si mes paroles, réussirent à le rassurer, mais il finit par se lever, et je l'invitais à sortir dans la rue avant moi, je refermais la porte et resserrais les pans de mon manteau sur ma poitrine. "Es tu allé voir Alastair déjà?" Dis-je pour rompre le silence, qui s'était installé sur notre marche. A peine trois kilomètres nous séparaient de la librairie, arrivée devant, je cherchais les clés, regardant discrètement tout autour de nous. "Allons y." Dis-je en déverrouillant la porte, et en l'entrouvrant.

Je refermais la porte à clé derrière nous, tirant l'épais rideaux de velours qui bouche la vue. "Bon... C'est par là..." Je retirais mon manteau, pour le poster sur le porte manteau de l'entrée, me dirigeais entre les rayonnages pour me rendre devant le pan imposant d'étagère, qui s'ouvrait lorsque l'on tapait trois fois sur la latte de bois qui va bien, au sol. "Bong bong Bong" Le grincement fut présent, et le pan s'ouvrit, une porte à la dérobée, un passage secret en somme. Je l'invitais à entrer, et à ne pas avoir peur, et nous arrivâmes dans la pièce étrangement vide, de laquelle au milieu se trouve un plan de travail en verre poli. Plan de travail que j'allumais. "Bon, ça doit être dans les archives, tu peux t'asseoir là... en attendant." Je sortis du mur un strapontin pour qu'il s'y pose le temps pour moi, de trouver le bon manuscrit. Tout était caché dans cette pièce, ensorcelé plus précisément. J'ouvris de grands tiroirs du mur, c'était en fait un coffrage gris perlé qui recouvrait les murs d'origine, coffrage qui servait à contenir tous les manuscrits sensibles, et grimoires magiques. Les plus dangereux se trouvaient au chaud dans un coffre ensorcelé. Au bout de quelques secondes de recherche, je tombais sur le fameux ouvrage, que je sortis pour le poser sur le plan de travail allumé. "Alors... Desirae... Escolium..." Chuchotais-je en parcourant les pages, à la recherche du symbole... "Le voilà..." Dis-je en posant le doigt sur le symbole de papier, qui était tatoué sur sa poitrine à lui. "Il est écrit, je te traduis..." Lui dis-je en laissant le doigt glisser sur le vieux parchemins.

"Le symbole appartient à un vieil ordre de sorciers noirs, chassés d'Ecosse en 1786 pour avoir perpétré des actes de relevée de morts dans les Villages... bla de bla... Le noms des villages n'existent plus... Sauf..." Je levais le nez de ma lecture, pour le regarder. "Inverness..." Je poussais un soupir qui en disait long sur mon ras le bol de trop de surnaturel pour l'heure. "C'est un ordre qui avait été par un descendant de Morgane. C'est une sorcière de l'époque médiévale, qui a pourtant été brûlé sur le bûcher... elle a des disciples partout dans le monde je le crains." Je fronçais les sourcils en lisant la suite. "Les morts portaient tous la marque de l'ordre, une lune pleine et deux croissants de lune, marqués au fer rouge..."


Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Sam Mar 05 2016, 06:33

Il cherche son air. Il panique. Il ne devrait pas être là. Pas comme ça. Mort. En morceaux. Ses jambes n'ont pu le supporter plus longtemps, le choc de sa nouvelle vie se faisant subitement, bien des heures après sa sortie de la tombe. Sa cousine s'accroupit devant lui et pose ses mains sur les siennes, la voix apaisante : « Eoghan, tout va bien se passer, je suis là... Je sais que cette phrase à elle seule, peut faire peur, parce que je n'ai jamais été là pour toi, pour ma famille non plus, hormis pour Ren... mais là... tu es venu à moi avec des questions, et je me ferais forte d'y répondre. Sa respiration saccadée et courte se calme légèrement, alors qu'il se force à regarder Brianna dans les yeux, à confronter ce regard paisible et réconfortant. Allons étudier ensemble ce manuscrit, une fois les réponses apportées, on pourra mieux agir. Enfin à mon sens, c'est la démarche à avoir. Si tu me dis que tu souhaites mourir, alors je me ferais forte de te faire retrouver la tombe et si tu souhaite vivre malgré tout, je tenterais de te protéger de ton assaillant magique. »

(elle peut te tuer si tu le désires)
(elle peut te garder en vie)

C'est un chuchotement qui passe ses lèvres : « ... d'accord. » Il doit lui faire confiance. Il le veut. Il le faut. Elle peut l'aider. Si ce n'est pas elle qui est la cause de son sort, elle peut tout de même le résoudre, le démystifier. Le blond se lève du fauteuil et s'empresse de suivre la rouquine à l'extérieur, en direction de la librairie. Il est heureux qu'elle ait décidé de marcher, d'ailleurs. Elle a un bon pas et lui-même ne se fatigue pas. L'air frais de novembre lui fait du bien. Il ne le gèle pas, pas même un peu, il ne fait que calmer son esprit apeuré. « Es-tu allé voir Alastair déjà ? Assentiment d'un geste léger de la tête. Oui. Ce matin. Il était... surpris. » C'est le cas de le dire – et le mot est faible. Disons que l'Écossais ne préfère pas s'y attarder et que le silence est le bienvenu, quand il revient, les enveloppant durant leur trajet, qui s'achève dans une entrée subtile au cœur de la librairie.

« Bon... C'est par là... » Un passage secret. Cette perspective arrache un sourire à Eoghan. Un passage secret dans la librairie de Brianna. C'est si cliché et si drôle, si parfait. Évidemment, qu'il y a un passage secret, menant vers une pièce vide et ensorcelée, comme il peut le constater. Un strapontin lui est offert. « Bon, ça doit être dans les archives, tu peux t'asseoir là... en attendant. » Il patiente, pendant ses recherches, regardant les murs de la pièce vide sans plus s'y attarder. C'est Alastair, le lecteur, l'érudit, le cultivé. Son savoir MacTavish des créatures surnaturelles lui a été enseigné, plus qu'il a cherché à l'apprendre, et il ne l'a jamais poussé au-delà du nécessaire. Et dans ce cas-ci, il est important d'avoir quelqu'un qui ait poussé cet apprentissage – soit Brianna, à qui il revient quand elle semble avoir trouvé le symbole incriminant. « Il est écrit, je te traduis... Le symbole appartient à un vieil ordre de sorciers noirs, chassés d'Ecosse en 1786 pour avoir perpétré des actes de relevée de morts dans les Villages... bla de bla... Le noms des villages n'existent plus... Sauf... Brianna le regarde gravement, dans un instant de suspense digne des meilleurs films d'horreur, dans la classique scène de recherches à la bibliothèque (ici, la librairie). Inverness... » Soupir pour accueillir la révélation. Ses espoirs que la seule ville connue soit à quelque part en Australie, loin d'ici, étaient faibles, mais ça ne l'empêchaient pas d'espérer. « C'est un ordre qui avait été par un descendant de Morgane. C'est une sorcière de l'époque médiévale, qui a pourtant été brûlé sur le bûcher... elle a des disciples partout dans le monde je le crains. De mieux en mieux. Les morts portaient tous la marque de l'ordre, une lune pleine et deux croissants de lune, marqués au fer rouge... »

Un moment de silence. De constat, suite à ces révélations qui l'avancent certainement sur son état, sans pourtant plus l'avancer. De silence suite à des réponses qui ne font que générer plus de questions, comme une noix qu'on ouvre. « Un descendant de Morgane. Sa voix est un peu rauque, un peu faible. Merde. » Il n'est pas sorti du bois, si son sorcier, ou sa sorcière, descend de Morgane. Lui-même, pas le plus calé en magie, sait qui elle est, bien que ce ne soit pas dans les détails. Et ce n'est pas pour le rendre heureux. Merde de merde. Ses yeux louchent sur le livre, tentant en vain d'en déchiffrer la langue. « Est-ce qu'ils disent pourquoi ils les relevaient, ces morts ? Est-ce que c'étaient des hommes, des femmes, les deux ? Est-ce qu'il y a un lien, avec le sorcier, ou le revenant fait sa... sa vie sans jamais se soucier du responsable de son retour ? Les questions affluent, dans son esprit curieux, bien qu'il se doute que ce livre est un simple ouvrage historique et pas un manuel d'instruction porté sur la résurrection de cadavre selon Morgane Le Fay. Et est-ce que... est-ce que ça s'inverse ? Juste pour... pour savoir. » Il ne sait pas encore s'il veut vivre. Ou mourir à nouveau. Il veut juste savoir.


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Lun Mar 14 2016, 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Dim Mar 06 2016, 22:29


 

Symphonie of Death



Je secouais la tête, malheureusement savoir pourquoi une bande de dégénérés magiques, avaient fait le choix du mal, ne pouvait tout simplement pas se lire dans un manuscrit vieux de quelques siècles! "Non rien, on ne sait pas, on sait que c'est un ordre de magie noire, nécromante donc, et qu'ils sont des descendant de Morgana de Fay... c'est quasiment tout ce qui est écrit... je suis désolée... je peux faire d'autres recherche, mais sans être en lien direct avec un des membres de cette confrérie, je ne vois pas comment faire en fait... comment savoir..." Chou blanc, fut l'expression qui fit un pop à mon esprit, il était clair que le peu d'informations données par cette recherche, n'était pas annonciatrice de beauté, de chant dans les prairies etc. J'haussais les épaules pour la question suivante. "Homme ou femme, y feras tu une vraie différence? Si cette personne t'a relevé, ce n'est pas le genre qui compte, c'est le pourquoi au final..." Je soupirais à la dernière question, refermant le manuscrit, que je laissais devant moi, et entre nous. "Eoghan, le fait de relever un mort, n'est pas un sort anodin... pour relever un corps il faut puiser dans une magie sombre, dans une énergie vitale dense, utiliser le sang d'un animal ou de deux, et ... oui, le lien entre le sorcier et le revenant est indéniable. A quel point... je sais pas trop, j'ai jamais rencontré le cas. Si un vampire peut marquer un humain, et lui ordonner de faire des choses par ce lien, un sorcier ne peut pas faire ça avec un revenant... Les livres parlent d'un lien psychique... mais là encore ce ne sont que suppositions, je n'ai pas rencontré de cas, tu es mon premier." Je laissais quelques instants de silence en suspend, baissant le regard sur la table, je ne pouvais pas bien plus en fait. "Ce qu'il te reste à savoir, c'est que si ça avait été un sorcier isolé qui avait fait ça, j'aurais pu te renvoyer sous terre... mais là... c'est un symbole, une protection magique aussi, et je n'ai pas les ressources suffisantes pour t'apporter la paix une nouvelle fois. Seule cette personne, ce sorcier, pourra ou non défaire le lien entre vous." Voilà, je lui avais tout dit, et je ne savais pas trop quoi ajouter de plus. "Ta fiancée est elle au courant?" Dis-je au bout d'un certain temps, pour rompre le silence, et pour discuter d'autre chose que de son lien avec le connard ou la connasse qui lui avait fait ça. "Si tu ne sais pas ou dormir cette nuit, je peux t'héberger au besoin." Je rangeais le manuscrit.


Phantasmagøria

Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   Sam Avr 02 2016, 07:26

Sa cousine ne ménage pas la déception et les mauvaises nouvelles, répondant à chacune de ses questions empressées avec l'enthousiasme d'un geôlier : « Non rien, on ne sait pas, on sait que c'est un ordre de magie noire, nécromante donc, et qu'ils sont des descendant de Morgane Le Fay... c'est quasiment tout ce qui est écrit... je suis désolée... je peux faire d'autres recherches, mais sans être en lien direct avec un des membres de cette confrérie, je ne vois pas comment faire en fait... comment savoir... » Comme il le pensait, après tout. Ce n'est pas un manuel d'instructions, à peine un paragraphe explicatif, rien qui leur permette d'en apprendre davantage sur les motivations de ces hurluberlus. « Homme ou femme, y feras-tu une vraie différence? Si cette personne t'a relevé, ce n'est pas le genre qui compte, c'est le pourquoi au final... Le blond bafouille, maladroitement, n'ayant pas spécifiquement pensé à l'utilité réelle d'une telle information. Je sais pas... j'aurais su... de qui... » Il soupire, sans conviction, chassant sa phrase incomplète d'une main lasse. Il aurait su de qui se méfier, ou qui chercher. Mais elle a raison. Ça ne changera strictement rien.

« Eoghan, le fait de relever un mort, n'est pas un sort anodin... pour relever un corps il faut puiser dans une magie sombre, dans une énergie vitale dense, utiliser le sang d'un animal ou de deux, et ... oui, le lien entre le sorcier et le revenant est indéniable. A quel point... je sais pas trop, j'ai jamais rencontré le cas. Si un vampire peut marquer un humain, et lui ordonner de faire des choses par ce lien, un sorcier ne peut pas faire ça avec un revenant... Les livres parlent d'un lien psychique... mais là encore ce ne sont que suppositions, je n'ai pas rencontré de cas, tu es mon premier. Ce qu'il te reste à savoir, c'est que si ça avait été un sorcier isolé qui avait fait ça, j'aurais pu te renvoyer sous terre... mais là... c'est un symbole, une protection magique aussi, et je n'ai pas les ressources suffisantes pour t'apporter la paix une nouvelle fois. Seule cette personne, ce sorcier, pourra ou non défaire le lien entre vous. »

Le silence est lourd. Il a écouté le verdict de sa cousine, attentivement, fixant à la fois le visage gêné de Brianna et le livre, dans des aller-retour lents et stupéfaits. Incapable de savoir ce qu'il devait en penser. Sentant plus que jamais la marque sur son torse, avec une acuité vive, au fur et à mesure qu'il comprenait que cette marque l'enchaînait à cette nouvelle vie. Sans elle, sa cousine aurait pu l'aider à mourir une nouvelle fois, s'il l'avait voulu. Mais avec elle... il n'est rien. Au mieux, une marionnette qui doit seulement attendre que son marionnettiste daigne se montrer. S'il se montre, un jour. La panique veut revenir, les larmes monter, mais soufflé, il peut seulement encaisser. Le tout sortira plis tard. « Ta fiancée est-elle au courant ? Ses yeux clairs se relèvent du livre, avec lenteur, comme si la pensée venait pour la première fois de se dessiner dans son esprit chamboulé. Non. » Il ne sait même pas si elle est encore à Inverness. Il n'a pas osé le demander à son frère. La perspective de cette femme qu'il a aimé, qu'il aime encore, ne le rassure pas parce que déjà, il sent les sentiments se vicier, victimes de la mort et de la méfiance.

Eoghan se lève de son strapontin et gratte sa nuque, encore, d'une main nerveuse qui cherche ensuite dans ses poches, sans y trouver de cigarettes. Il fumait. Il en grillerait volontiers une. Il ne risque plus d'en mourir. Un pauvre avantage. « Si tu ne sais pas ou dormir cette nuit, je peux t'héberger au besoin. Le blond hoche la tête doucement. Merci, mais je vais aller chez... chez moi. Chez lui. C'est à nouveau sa maison. Dans laquelle il errera en fantôme, en mort, mais c'est la sienne. Vers laquelle il marchera sans se fatiguer, pour ne pas aller dormir. Je te tiens au courant si... si je remarque quelque chose d'encore plus bizarre. » Plus que revenir à la vie. Un sourire sincère s'esquisse sur ses lèvres, éclairant les traits du MacTavish jusqu'à rappeler cette allure solaire qui toujours le caractérisa de son vivant, sans savoir que cette qualité s'assombrirait dans cette deuxième vie.

« Merci, Brianna. Tu m'aides beaucoup. Si tu as besoin de quelque chose... tu sais où me trouver. » Il sent qu'il va revoir sa cousine. Qu'ils se fréquenteront plus souvent qu'auparavant. Certaines choses savent changer un homme, après tout.


Dialogues en #4E6275
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: bittersweet (brianna)   

Revenir en haut Aller en bas
 

bittersweet (brianna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bittersweet morning
» Tenue Bittersweet, Ellowyne essential too blonde par Sylvano
» 'Cause it hurts so bad... feat. Brianna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Inverness
 :: 
Old Town
 :: 
Habitations
-