AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 rewinded story (siobhan & beatriz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: rewinded story (siobhan & beatriz)   Mar Jan 19 2016, 20:05

rewinded story.
(eoghan & siobhan & beatriz)


On pourrait croire qu’après être revenu à la vie, quatre ans après une mort horrible, Eoghan aurait tout vu. Après tout, il est né dans une famille qui a toujours baigné dans le surnaturel, même de loin.
Il faut croire qu’il n’était pas au bout de ses peines.

Son matin avait déjà été bien chamboulé, dans ses premiers plans de contacter ses anciens fournisseurs pour effectuer une commande de bois. Après tout, il était hors de question qu'il reste dans l'angoisse et dans l'attente et qu'il gâche ainsi sa nouvelle vie. Il a trouvé quelques petits contrats en grattant ça et là, en sortant le nom MacTavish pour faciliter les choses et cachant son visage et sa blondeur sous une casquette à ceux vaguement susceptibles de le reconnaître. Eoghan avait été appelé, au milieu de ses papiers, pour se rendre en urgence au Eden Court Theatre, où il était littéralement en train de parler avec la directrice de l'endroit quand il s’est senti aspiré.

Pour ensuite chuter, brutalement.

Son souffle se coupe quand il percute le sol de plein fouet, atterrissant dans une flaque mêlée de boue et de neige. Un grognement de mécontentement, il cherche à respirer et se relève sur ses mains, fixant un œil incertain sur l’immense forteresse devant ses yeux. Pour dire, ça ne ressemble en rien au théâtre.
Il n’a aucune foutue idée d’où il peut bien être. Enfin, si, il a une idée, mais celle-ci est rudement impossible.
Il a vu des dessins, mille fois, et il a déjà effectué le chemin, sur ces landes des Highlands. Il connaît l’histoire de l’Écosse, celle qui coule dans les veines de son clan depuis si longtemps, et pourtant, ça ne peut pas être vrai. Ça a quelque chose d’irréel, d’impossible. Il préfère croire, quelques secondes, qu’il s’est endormi, et qu’il rêve à ces paysages et ces récits qui ont bercé son enfance, tout comme il aurait rêvé à Margot Lampicka.

Il se rappelle ensuite qu’il n’a pas besoin de dormir.

Le silence est imposant et quand Eoghan se lève totalement du sol, c’est pour se reculer pour tenter de trouver un… endroit où se cacher. Et force est de constater qu’il n’y a nulle part où se terrer. Sur la terre, il n’y a que la forteresse de pierres, et les boisés sont déjà loin, trop loin pour s’y abriter rapidement. Il ne commence pas moins à faire marche arrière, visant les arbres qu’il voit au loin. « … une chance que j’sens pas l’froid », murmure-t-il pour lui-même. En effet, en jeans, chemise de flanelle et bottes, on a déjà vu plus habillé pour la saison.


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Jeu Mar 03 2016, 19:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 302
inscrit le : 23/11/2015
crédits : wildbeast

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Mer Jan 20 2016, 09:59




Écrasé par le destin passé




ce n'est pas comme si j'en connaissais déjà un rayon sur le sujet magie et trucs magiques... En face de moi, il me parle mais je n'écoute qu'un tout petit peu. Et puis tout bascule sans crier gare, pas préparé du tout à un tel bouleversement. Je suis aspirée par un tourbillon de couleurs et de bruits, et finalement à mon atterrissage forcé, je tombe littéralement sur quelqu'un. Je me retrouve sur cet homme, plaqués au sol et j'expire un souffle bruyant, tellement le choc a été violent. Je me laisse un temps avant de poser mes mains sur le sol, et me redresser, pour tourner la tête vers son visage. Je suis tombée sur lui, de manière anarchique, et seuls nos intimités sont en contact, le reste est loin de l'être. J'ai d'ailleurs de la boue neigeuse sur le visage. Je me redresse, le libère de mon emprise et reste un moment à genoux dans la neige, face à cet homme en chemise qui me regarde. "Bon... désolée de vous avoir castré si tel est le cas." Je ne sens rien sur lui, rien qui ne pourrait m'alarmer.

Nous sommes au pied d'un bâtisse de pierre, qui ne me rappelle rien de connu. "Qui êtes vous?" Lui demandais-je en me relevant enfin, époussetant la neige collée à mes collants rayés. Je suis comme à mon habitude habillée comme une punk, sweat large à motifs croix, sur jupette plissée rouge, et collants à rayures violets et noirs. Sur ma tête, j'avais un chapeau, mais il a du se faire la malle dans la translation. "Je m'appelle Siobhan... Vous savez où nous sommes tombés dans ce mouvement magique?" Si ce n'est pas un humain aware au surnaturel, il va rigoler nerveusement avant de me les briser sur ma propre folie. Si c'est le cas, il va avancer avec moi, pour trouver une solution. Je regarde la bâtisse qui s'élève, sans voir de réelles fenêtres, mais plus comme des meurtrières de châteaux de ce côté ci. On est à quelques 2 km du bâtiment et je le trouve peu accueillant... Mes sens me crient de partir de l'autre côté pour trouver autre chose. "Que fait on?" est pourtant la question que je poste, avant de voir au loin des chevaux galopant arriver dans notre direction.. ou pas loin du moins. "Des cavaliers?" Dis-je incrédule devant la situation qui se jouait. "C'est un week end fête médiévale dans le coin?"





AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Jeu Jan 21 2016, 17:27

Comme d'habitude, je me suis levé aux aurores pour préparer quelques potions avant même d'ouvrir, j'étais donc dans mon sous-sol, en train de mélanger des ingrédients en chantonnant quand je l'ai sentie venir. Je n'ai rien pu faire, ça a été très rapide, mais toujours est-il, que c'est une vague de magie pure qui est venue m'engloutir pour m'aspirer. C'est quelque chose de vraiment très puissant, quelque chose que même un sorcier de mon rang n'aurait jamais pu contrer. Je ne suis même pas sûr que ce soit de la magie de sorcier, ni que l'un d'entre nous ait la capacité d'y faire face.

Toujours est-il que je m'écroule face contre terre dans la neige boueuse dans la fraction de seconde qui suit. Le sol est si froid que son contact avec mon visage pourrait presque me glacer les sinus. Je me redresse rapidement, et mon premier réflexe est de voir si mes vêtements n'ont pas trop pâti de ce voyage subit. Il y a une bonne, et beaucoup de mauvaises nouvelles. La bonne, c'est que le tablier de cuisine que je portais quelques secondes auparavant a sauvé le devant de ma chemise ainsi que le haut de mon pantalon de costume de la boue, les mauvaises, c'est que le reste est fichu et que je suis dehors dans le froid. J'aimerais bien user un peu de la magie élémentaire pour me réchauffer, mais cet endroit grouille d'humains, et pour le coup, leurs vêtements ne sont pas du tout de mon époque. Ce serait donc dommage de se faire jeter au bûcher. Dans la cohue, deux personnes se démarquent, deux personnes qui, comme toi, portent des habits dignes du vingt-et-unième siècle. Je me débarrasse de mon tablier, qui ne fera que me ralentir, et je m'approche d'eux. Je n'ai jamais été du genre à faire équipe, mais autant être unis dans l'adversité, pas vrai? Et puis comme ça, ils me seront redevables par la suite, si j'arrive à les sortir de ce mauvais pas. Et Dieu sait comme j'aime savoir que des personnes ont des dettes envers moi.

Je surprends juste la fin de la conversation, la jeune femme suggérant l'idée d'une fête médiévale. Ce sont des humains, ce sont des choses que j'ai appris à capter, avec le temps, appelez cela de l'instinct, ou ce que vous voulez. Et même s'ils sont sorcier, je vais jouer le jeu de la discrétion. « Si vous voulez mon avis, je pense que ces épées ont l'air bien trop tranchantes, et l'humeur n'a pas tellement l'air à la fête, par ici. » intervins-je. Et au vu de la puissance du voyage, nous avons été bien plus que simplement téléportés. Mais je vais attendre avant de leur dévoiler l'existence du monde surnaturel. « Je m'appelle Tiago, et vous ne trouvez pas que ce château a l'air en plutôt bon état? » C'est vrai qu'on a l'habitude de voir des ruines, en Ecosse, mais ce fort semble être en bonne santé, et siéger fièrement sur sa colline.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Dim Jan 24 2016, 02:38

Quelques pas, encore, et sans prévenir, quelque chose lui tombe dessus. Quelque chose d'un poids conséquent, dans un chute, qui le réexpédie au sol. Cette fois, le choc est total, écrasé qu'il est entre la terre et un autre corps humain, féminin, qu'il distingue à peine entre quelques longues mèches noires qui s'étalent sur son visage à lui. Quand la jeune femme se relève, c'est en appuyant encore plus sur ses organes génitaux qui ont encaissé un coup disons... conséquent, qui le laisse dans une position qui tente de se recroqueviller pour absorber la douleur. « Bon... désolée de vous avoir castré si tel est le cas. Ça va... y'a pas d'mal, souffle le menuisier, dans une grimace qui laisse deviner qu'il y a quand même un peu de mal.
Heureusement, elle se lève, ce qui le permet de respirer et de passer quelques secondes en position foetale, le visage dans la boue à nouveau. « Qui êtes-vous ? Il jette un œil sur la petite punkette, la détaillant rapidement jusqu'à se dire qu'elle n'est pas un danger. Evan. »

Un emprunt tronqué au deuxième prénom de son frère, pour cacher ce véritable prénom avec lequel il a été enterré. Un mensonge, qu'il déteste déjà, lui qui prône toujours l'honnêteté. Il n'a pas le choix. Il se cache derrière Evan, depuis quelques jours déjà, enfilant ce nouveau masque comme une seconde peau. « Je m'appelle Siobhan... Vous savez où nous sommes tombés dans ce mouvement magique? Magie. Pfiou, elle lui parle de magie. Non. Ou enfin... je crois savoir , mais pour le reste... » … ça semble être le quand, le problème, parce que si le est bon, cette forteresse ne devrait absolument plus être là. Eoghan se lève, pour la deuxième fois, et enlève une partie de la boue de sur lui, mais il ne peut rien faire de plus. Il est mouillé, sale, et il va être difficile de donner le change pour expliquer pourquoi il ne ressent rien de ça. Quoique si la jeune femme connaît la magie... hé merde, ça ne l'aide pas vraiment, en fait. « Que fait-on ? Ha bah ça... il aimerait bien avoir une solution autre qu'un haussement d'épaules. Des cavaliers? C'est un week-end fête médiévale dans le coin? Si vous voulez mon avis, je pense que ces épées ont l'air bien trop tranchantes, et l'humeur n'a pas tellement l'air à la fête, par ici. » La réplique vient d'un homme, aussi sale que lui malgré le costume et apparemment dans la même galère. Au moins il n'est pas seul. Et il ne sait pas s'il trouve ça rassurant, ou non.

« Je m'appelle Tiago, et vous ne trouvez pas que ce château a l'air en plutôt bon état ?  Evan. Répéter son nouveau prénom le rend plus réel. Evan, ça sonne comme Eoghan, ça se ressemble. C'est presque vraiment lui. Evan, Tiago, Siobhan. En trop bon état, même, et j'me doute que ces types sont pas des geeks en plein Grandeur Nature. N'oubliez pas. Le où et le quand. J'propose d'abord qu'on s'éloigne vers le boisé là-bas. On verra ensuite si y'a pas un sorcier qui aurait fait le voyage en même temps que nous, histoire de penser à un chemin de retour. » Sans savoir qu'il s'adresse justement à un. Si cet homme ne connaît rien du surnaturel, 1) il est bête et devrait ouvrir les yeux, 2) il peut toujours croire qu'il blague. Malgré son air sérieux.


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Jeu Mar 03 2016, 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 31
inscrit le : 19/01/2016
crédits : unicorn

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Jan 25 2016, 19:40



   



Au Sortir de Fort Williams

   
Version MJ



   



   


Les cavaliers se rapprochent de plus en plus, ce que l'on note de loin, c'est que les tenues sont sombres. Et les genoux à l'air. Quatre cavaliers écossais semblent sortir de la bâtisse et galopent vers le groupe. L'un d'entre eux, signale aux trois autres, la présence de personnes non loin. Les chevaux repassent au trot, puis arrivant à proximité des trois, au pas. Les trois, regardent la femme, sa tenue, le bout de métal qui se trouve dans son nez... puis regardent les hommes, pieds nus pour un, et l'autre dans un accoutrement qu'ils n'ont jamais vu. Il échangent des paroles en gaélique ancien. Puis ils s'adressent au groupe. " Qui êtes vous?" Le ton est froid, menaçant et ne suppose aucune sympathie sous-jacente.
   
   

   

   
©Codage by Mr. Chaotik
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Mer Jan 27 2016, 08:42

« Evan. En trop bon état, même, et j'me doute que ces types sont pas des geeks en plein Grandeur Nature. N'oubliez pas. Le où et le quand. J'propose d'abord qu'on s'éloigne vers le boisé là-bas. On verra ensuite si y'a pas un sorcier qui aurait fait le voyage en même temps que nous, histoire de penser à un chemin de retour. » J'hoche la tête, puis lorsqu'il mentionne les sorciers, j'hausse les sourcils. Pas si inculte que cela, finalement. Pour un peu, ce serait presque moi qui passerais pour le simplet de l'équipe. En même temps, s'il vient d'Inverness, il est presque certain qu'il a déjà fait la connaissance du monde surnaturel. Mais ça, je ne pouvais pas le savoir. Du moins pas sans une petite séance de divination. Je finis par afficher un léger sourire assuré. « Eh bien, il se trouve que justement… » Puis je les vois, ces tuniques rouges sortir de la bâtisse et arriver au galop, alors je me ravise, inutile de prendre le risque de me faire entendre. Je grimace. « On a de la compagnie. » Ils ralentissent l’allure une fois qu’ils sont proches de nous, et je les fixe tandis qu’ils parlent entre eux en gaélique, mais pas celui que les anciens d’Inverness ont l’habitude de parler, non, il n’a pas la même consonance. De plus, ils le parlent assez rapidement, trop rapidement pour que ce soient des acteurs. Cela confirme mon hypothèse, nous ne sommes plus en 2016. Je ne sais pas si je dois être content ou non d'avoir eu raison.

Ils finissent par s’adresser à nous. « Qui êtes vous? » Bon, on a connu plus chaleureux comme accueil. En même temps, c'est compréhensif, il semblerait qu'ils soient en temps de guerre, il n'ont sans doute pas le temps de faire du social. Réfléchis, Tiago, les mensonges, c’est ton métier, après tout. Je m’avance d’un pas, pour me laisser un peu plus de temps de réflexion. Il faut trouver quelque chose de crédible, et j’ai peur que les restes de mon accent portugais ne leur mettent la puce à l’oreille. Je m'applique donc autant que je peux à le dissimuler. « Je m’appelle Alberto, lui c’est Fillan, et elle Moira. Nous sommes d’humbles voyageurs, vous le voyez sans doutes aux pauvres guenilles que nous portons. Je crains que nous ne nous soyons égarés en chemin. Pouvez-vous, messires, m’indiquer la direction du village le plus proche? Je comprends que nos accoutrements puissent vous rendre méfiants, mais nous venons de très loin, là où les coutumes sont très différentes. Mais si vous nous indiquez le chemin vers ce village, nous vous promettons qu’une fois que nous y serons, nous n’y resterons pas longtemps. » Je me montre sérieux, et je prends un air qui doit sembler sincère, en cherchant leurs regards dans l’ombre de leurs couvre-chefs. J’ignore si j’en ai trop fait ou non. En général, mon charme et mes paroles suffisent à embobiner les autres, mais eux sont déjà méfiants, et ils sont quatre. Mais d’un autre côté, nous devons vraiment avoir l’air perdu, alors ça doit aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 302
inscrit le : 23/11/2015
crédits : wildbeast

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Ven Jan 29 2016, 22:37




Écrasé par le destin passé




pas le temps de réellement répondre à la venue de l'autre homme, ni rien, je regarde les deux hommes se chercher, comme s'ils allaient mesurer la taille de leur potentiel magique d'une minute à l'autre. "mpf..." Lâchais-je quand l'autre à l'accent du sud, parla à nos nouveaux supers potes. En kilt, avec le plaid, et le béret... On dirait une reproduction de l'histoire... écossaise j'entends. Mais je suis aps super douée dans tout ça, alors je me tais et je laisse parler. Il tente de nous sauver, et me rebaptise. Soit. Après le laïus, les quatre nous regarde, dont un qui me regarde un peu trop les jambes. S'il s'approche, je lui fais avaler sa langue avec mon petit doigt. Instinctivement, je reste sur place, je ne bouge pas, j'attends en fait, le couperet qui risque de nous tomber sur le coin de la gueule. ça se saurait si le surnaturel et la magie avaient décidé de nous envoyer en raz de cambrousse pour disputer un GN avec des gens sympas!

Celui que j'identifie comme le chef, se frotte le menton, et me regarde encore avec trop d'insistance. "Vous allez monter avec nous, on vous amène avec nous..." Dit il alors de sa voix forte, avec un accent vraiment très présent, plus que tous les autres en fait! Je regarde mes acolytes, et je pense que son ton ne cache pas une éventuelle invitation cordiale. J'accepte finalement, et le chef me tend sa main pour grimper devant lui. L'entrejambe à même le pommeau de la selle... mmh un régal pour la salle de jeux. "Et on découvrira si vous êtes fiables plus tard." Il attend que tout le monde soit monté sur les chevaux et en claquant la langue fortement, il embraye un galop dont je risque de me souvenir encore pour longtemps! Si je vis encore pendant les prochains jours certainement.

Je ne sais pas combien de temps, on chevaucha à travers les plaines, mais la pluie se mit à tomber, et en arrivant devant une petite batisse, j'étais trempée jusqu'aux os. Le chef m'attrapa par la taille, pour me faire descendre de sa monture, et avant de me laisser partir, il attrapa un de mes bras. Tatoué, comme l'autre, comme beaucoup de surface de mon corps, et il me regarda un sourcil arqué. "esclavagisme... J'ai été torturé." dis-je non sans retenir un sourire, mais alors en le retenant de toutes mes forces.





AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Fév 01 2016, 23:21

[HRP: Siobhan m'a proposé de m'incruster alors... me voici :3]

Free ticket for the past

prénom1
&
prénom2
Je n'avais rien, mais alors rien compris à ce qu'il venait de se passer. Un coup, j'étais là, dans la rue, avec ce muet qui essayait de me pousser à rendre mon butin. Butin qui était toujours dans mes poches, j'avais toujours mes fringues... Bien, on était pas totalement dans l'étrange. Et si c'était ce muet qui m'avait téléportée, ou on ne sait quoi, en pleine cambrousse? Mais où étais-je merde? Mon portable pourrait peut-être me renseigner même si c'était le genre d'endroit à pas avoir de réseau. Bingo ! Rien, nada !

Lâchant un soupir, je le rangeais dans ma poche et levant le regard, j'aperçus plusieurs personnes, en grande discussion avec... des cavaliers. Vêtus comme il y a plusieurs siècles, plus vieux encore que moi. Mais bordel j'étais tombée au milieu d'un théâtre ou quoi? J'hallucinais. Les deux vioques à cheval me regardaient étrangement. Je plissais le regard.

- Où suis-je?

Je pouvais paraître idiote, mais je pense que dans le sens où je venais d'apparaître de nulle part, ma question était légitime. Mais pour moi, j'étais juste en pleine campagne loin de la ville, j'étais loin de me douter de ce qui était arrivé. L'année 2016 venait de commencer, hors de question que je reparte dans le passé ! En tout cas, cela me semblait bien étrange, et je ne connaissais personne, alors au diable les familiarités. La situation n'était pas à un "bonjour ! ça va?" habituel. Les... hum, cavaliers, m'en fous vais appeler ça comme ça, parlaient d'un langage inhabituel, un ancien langage, clairement ils prenaient leur rôle au sérieux.

camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Jeu Fév 04 2016, 04:12

« Eh bien, il se trouve que justement… » Que ? Impossible à savoir : la compagnie que l'homme annonce arrive, les cavaliers vêtus de rouge, est effectivement devant eux. Avec des expressions peu amènes aux traits et un gaélique anglais qui, s'il ressemble à celui qu'Eogan connaît, n'est certainement pas celui qu'il peut parler :« Qui êtes-vous ? »

Le genre de question qui demande réponse, au vu du ton de l'énergumène à cheval.

Tiago prend heureusement le petit groupe qu'ils forment de court, leur inventant des identités et une identité de voyageurs qu'il trouve plus ou moins crédibles – vu l'accent qu'a l'homme et le leur, encore, disons qu'on a vu des voyageurs plus étrangers ! Déjà qu'ils ont dû piger un mot sur deux de ce qu'il a raconté... Ce qui semble assez pour les convaincre. « Vous allez monter avec nous, on vous amène avec nous... Et on découvrira si vous êtes fiables plus tard. » À la bonne heure, peut-être. Ce n'est ni chaleureux, ni sympathique, mais au moins, ils sont encore vivants (peut-il mourir à nouveau ?). Un cavalier s'avance, assez pour que le costaud Écossais embarque derrière lui et se cramponne à la selle, ne voulant pas se tenir à un homme qui a déjà l'air plutôt mécontent.
Juste avant de partir, un des hommes tend la main vers une jeune femme blonde, non remarquée plus tôt. « Elle aussi, on l'embarque. » Charmant, splendide, la croisière s'amuse. Vu ses fringues, elle aussi est une voyageuse (le terme lui plaît, finalement), et de quelques ordres rapides, celle-ci est embarquée sur le dernier cheval. Pas de place pour un voyageur de plus, tant pis, ou tant mieux.

La pluie est froide, sur sa peau, rafraîchissante, mais c'est une simple distraction du galop furieux qui le fait se tenir avec force sur le cheval, fixant un point inconnu sur la nuque du cavalier. Il pourrait le tuer à mains nues. Avec sa nouvelle force, il pourrait sans problèmes. Même sans ça. La pensée est chassée, aussi rapidement qu'elle est venue, quand ils arrivent tous devant une petite bâtisse. Eoghan descend le premier du cheval et s'étire les jambes, sans aider son cavalier à descendre. C'est pas dit qu'il puisse avoir des enfants, après toute cette aventure, si la résurrection lui permettait d'utiliser à nouveau de cette fonction. « Un poste de contrôle, peut-être ? » Une question, posée à haute voix, dirigée à ses camarades d'infortune. C'est ce que la bâtisse lui dit, impression qui se confirme quand la porte s'ouvre sur un autre homme vêtu de rouge. Au moins ils ne sont plus devant la forteresse. « Qui sont ces étrangers ? »


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Jeu Mar 03 2016, 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 31
inscrit le : 19/01/2016
crédits : unicorn

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Jeu Fév 04 2016, 15:15



   



Au Sortir de Fort Williams

   
Version MJ



   



   


Ils ne sont pas anglais pour sûrs, ils sont écossais... Ayant orchestré une mission au sein de la prison de Fort Williams. Mais ces étrangers ne le savent pas. L'un sort de l'auberge et demande qui sont ces gens. "Des sassenach..." Dit le chef, et il entend alors l'accent prononcé de l'homme qui parle d'un poste de garde. "Sauf peut être lui..." Dit il alors en pointant Eoghan. "On les a ramassé à flanc de Fort Williams... Voyageurs..." Il avait prononcé ce dernier mot, sans trop y croire. L'autre homme, qui était sortit de l'auberge, croisa les bras en regardant de la tête au pied les deux jeunes femmes. Si l'une était étrange avec ces écritures sur les bras, l'autre petite blonde lui était bien plus plaisante. "Des catins?" Demanda t-il, sans trop s'adresser aux femmes, mais bien au chef. Les 4 cavaliers rirent grassement, et les deux jeunes femmes se virent gratifiées d'une tape sur le postérieur! Le chef mit un hola, et finalement se présenta à la troupe de Sassenach. "Vous êtes sur les terres du Clan MacLachlan... Nous sommes écossais, et vous êtes donc bientôt les invités du Chef de Clan Dougal MacLachlan... en aucune façon, vous pouvez refuser. Maintenant, mesdames, allez trouver de vraies tenues, si vous ne voulez pas que mes hommes vous chevauchent toute la nuit."
   
   

   

   
©Codage by Mr. Chaotik
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Fév 08 2016, 11:50

Mon mensonge n'a pas l'air de les avoir convaincu, est-ce que je me ferais vieux? Non, c'est le voyage qui m'aura fait perdre mes moyens. Ils veulent nous embarquer, super, ils savent au moins ce que ça fait de monter à cru quand on est un homme? Surement que oui, et peut-être même qu'ils utilisent ça comme une autre forme d'humiliation. Je ne sais pas si je vais pouvoir supporter leurs affronts plus longtemps. Je suis quelqu'un de respectable, et j'ai horreur qu'on me traîne dans la boue, autant littéralement que moralement. J'attrape tout de même l'arrière de la selle afin de me hisser tant bien que mal sur le cheval, qui part directement au galop, sans même me demander si je suis prêt. Ah, mais il est passé où, le respect? Il est sûrement resté en 2016.

On finit par arriver devant un vieux bâtiment, l'autre homme élève l'idée d'un poste de contrôle, et je ne peux qu'hocher la tête, ne parvenant à rien de mieux. Je regarde aux alentours, essayant de trouver du regard de quoi fabriquer une potion ou un sort qui nous permettrait peut-être de rentrer à la maison. Mais en ville comme ça, je ne risque pas de trouver grand chose. Il faudrait que j'aille en forêt, et je ne crois pas que ce soit une possibilité envisageable. J'accorde une attention toute particulière à la discussion qui se déroule sous nous yeux. J'en viens à la conclusion que malgré les manteaux rouges, nous ne sommes pas tombés sur des anglais, mais bien des écossais, peut-être qu'on peut tourner ça à notre avantage. Je me dis que sassenach signifie surement quelque chose comme étranger, et dans le mauvais sens du terme, apparemment. Et ils considèrent l'autre voyageur comme un écossais, en même temps après l'avoir entendu parler, il est difficile d'en douter. Le mot "Voyageurs" est d'ailleurs prononcé sans conviction, mais c'est sûrement parce qu'ils sont naturellement méfiants. J'hausse les sourcils au mot câtin. Eh bien, ils n'y vont pas par quatre chemins, par ici. Le fait qu'ils traitent les femmes ainsi m'agace assez, et titille très fortement mon côté gentleman, cependant, il est inutile de se faire remarquer d'avantage. Celui qui semble être le chef du clan finit par s'adresser. « Vous êtes sur les terres du Clan MacLachlan... Nous sommes écossais, et vous êtes donc bientôt les invités du Chef de Clan Dougal MacLachlan... en aucune façon, vous pouvez refuser. Maintenant, mesdames, allez trouver de vraies tenues, si vous ne voulez pas que mes hommes vous chevauchent toute la nuit. » Charmant, non vraiment. Tu prends ce sourire de façade que tu arbores avec les clients difficiles. « Eh bien, c'est avec plaisir que nous acceptons votre invitation! Est-ce que vous sauriez quel jour nous sommes, nous sommes partis depuis longtemps, et je crains que nous n'ayons perdu le fil du temps. » J'espère qu'il me donnera l'année, aussi, ça m'aiderait grandement. J'ai besoin de savoir depuis où je pars pour pouvoir décider d'où j'arrive. Je n'ai jamais pratiqué le sort du voyage dans le temps, mais je le connais en théorie, il est dans mon grimoire, dans ma cave, et je m'en rappelle plutôt bien. Mais c'est ce mot "plutôt" qui est un peu inquiétant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Fév 08 2016, 14:02

Free ticket for the past

prénom1
&
prénom2
Quelques personnes semblaient aussi désorientées que moi, mais ces "manteaux rouges" étaient grossiers au possible. Même au sein de l'Allemagne nazie, jamais je n'avais subi tel manque de respect. On avait l'air tout droit revenus à la renaissance. Catin, non mais sérieux? C'est sa mère la catin !

Pourtant, j'allais devoir retenir mes crocs. Je voulais en savoir plus, et un frisson me parcourut lorsque ce grossier personnage me mis une claque sur le postérieur. L'envie de lui arracher la tête se faisait de plus en plus grande. Je fus poussée à monter à cheval, mais en aucun cas je ne m'accrocherais à ce pervers irrespectueux. Je pris donc la selle comme accroche. Je regardai autour, cela ne ressemblait à rien de ce que nous connaissions. Changer de vêtements sérieusement? De ce que je pouvais voir, le style en rigueur était pathétique. Se faire chevaucher toute la nuit... Cette réflexion me fit plisser des yeux.

- Je castre le premier qui essaye de me "chevaucher". C'est clair?

Peut-être que je manquais de respect oui, et puisqu'ils prenaient leur accent un peu écossais, j'avais volontairement pris mon accent allemand pour cette phrase. J'en avais marre, pour le manque de respect. Et ainsi, j'aurais vraiment l'air d'une "voyageuse" à leurs yeux. Nous étions visiblement quatre "égarés" et les autres se montraient visiblement bien plus courtois que moi, mais ma patience avait ses limites. Pour une féministe comme moi, le manque de respect dont font preuve ces enfoirés est inacceptable.

Je dévisageais alors celui qui semblait parler pour nous tous. De quel droit il faisait ça? Mon regard se plissa, mais je ne fis aucun commentaire. Il demanda indirectement la date. C'était vrai, nous n'étions plus en 2016, clairement, ces hommes n'étaient pas assez civilisés.

- Et personnellement, j'avais bien compris que vous étiez écossais. Et moi je suis allemande. Vous vous en fichez? Voilà, vous connaissez mon ressenti.

Je pouvais me montrer respectueuse avec des gens qui l'étaient. Ces porcs ne m'inspiraient aucun respect, et ils pouvaient s'estimer heureux que leur tête ne soit pas déjà enfoncées dans les fesses de leurs chevaux.
camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 302
inscrit le : 23/11/2015
crédits : wildbeast

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Fév 08 2016, 21:18




Écrasé par le destin passé




La claque au cul, passa moyennement, d'ailleurs je fusillais du regard le connard qui avait osé ce geste. Étrangement, je ressentais presque le besoin de voir le cruel sorcier noir venir lui arracher les viscères... Mais cette pensée fut rapidement balayée par le reste de cet échange. Une catin? Putain, ils y allaient fort, et le premier qui retenterait de me toucher, allait avoir ses doigts servis en ragoût! Le chef continua, tandis que notre nouvelle amie, vampire de surcroit monta au crédo. ça n'allait pas plaire. "Ne l'écoutez pas, elle est un peu refroidie du voyage, on va aller faire ça..." Je regardais les deux hommes, attrapant la blonde par le bras, pour la tirer vers une femme assez grosse en robe d'époque médiévale. "Sérieux, tu vas ranger tes putains de crocs barbie, sinon je t'élimine dans la foulée... Me retrouver emprisonnée dans un temps qui n'est pas le notre, me saoule déjà assez comme ça, t'entends?" Lui dis-je à voix basse, pour que personne n'entende le truc. La grosse dame nous regardait avec désapprobation. "Toi et moi on sait comment buter tout le monde ma grande, mais on va tenter de garder nos têtes sur sur nos corps..." Elle nous emmena dans une pièce, une pseudo chambre, et nous lança deux robes aux teintes ternes. "Merci." Lui dis-je avant qu'elle ne parte pour nous laisser en tête à tête. Je retirais mon pull à croix, et ma mini jupe, pour enfiler cette robe, qui masquait assez bien mes tatouages. "Après je ne dis pas, si l'un d'entre eux me touche encore une fois, je donne son corps à bouffer aux loups." Lui dis-je, au moins nous devrions être d'accord sur un point.

AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Fév 29 2016, 21:29

« Des sassenach... Sauf peut être lui... » La main le désigne et il est inutile de nier quoi que ce soit, alors Eoghan ne peut que soutenir les regards qui le détaillent, en attendant de savoir ce qu’il adviendra d’eux. « Vous êtes sur les terres du Clan MacLachlan... Nous sommes écossais, et vous êtes donc bientôt les invités du Chef de Clan Dougal MacLachlan... en aucune façon, vous pouvez refuser. Maintenant, mesdames, allez trouver de vraies tenues, si vous ne voulez pas que mes hommes vous chevauchent toute la nuit. »

MacLachlan. Il en pleurerait presque de joie. Toutes les familles écossaises n’ont pas les mêmes rapports (une chance qu’il n’est pas tombé sur un Campbell), mais les MacTavish et les MacLachlan sont de vieilles familles dont les rapports et mariages ont toujours été convenables, voire heureux, d’aussi loin que les archives familiales puissent remonter. Le sort est donc bien plus positif que celui escompté et sa physionomie se détend aussitôt, alors qu’il accepte l’invitation d’un « Bien sûr » doux. Les deux jeunes femmes sont emmenées plus loin, sous quelques rires gras et éclats furieux de la part des dames, et Eoghan perd la voix de Tiago, lorsqu’il demande en quelle année ils sont, l’épine de toute cette affaire.

On le traîne plus loin, dans une chambrette sans prétention. La pièce est renfermée, encombrée, et la femme qui y pénètre avec lui laisse la porte bien ouverte avant de lui lancer un chiffon pour essuyer ses cheveux mouillés. Elle observe son visage attentivement, avant de lui adresser la parole : « Tu parles comme un p’tit gars d’chez nous et j’pourrais pas dire que j’t’ai jamais vu. Campbell ? MacTavish. Non, vrai ? Ma sœur est une MacTavish ! J’aurais dû m’en douter, les grands blonds dans vot’ genre, c’est plus souvent qu’autrement du MacTavish. Une petite tape sur sa joue vient cueillir son aveu, en plus de l’exclamation joyeuse. J’ai rien d’vos couleurs pour toi, mais tu diras pas non à un peu de MacLachlan, mh, cousin ? Un honneur. » La femme sort et revient avec un tartan du clan de Dougal MacLachlan et une méchante chemise blanche, qu’il se fait un plaisir de passer en lieu de sa chemise de flanelle, se tournant avec une pudeur qui fait rigoler la femme pour ne pas exposer la brûlure magique de son torse. Quant au tartan, il le noue avec l’hésitation de quelqu’un qui n’a pas porté de vêtements traditionnels depuis des années, le retenant à l’aide de la ceinture de son jean. Il a l’air bien plus écossais ainsi. Moins louche. Quant à ses bottes de travail, elles passent aisément pour celles des indigènes du coin.

À sa sortie de la chambre, il ne retrouve pas Tiago, que les hôtes de l’auberge et cette nervosité étrange. Quel mauvais sort l’a projeté ici, il ne le sait toujours pas. Il espère seulement qu’il pourra bientôt tenir conciliabule avec les autres voyageurs pour savoir comment inverser le sort, et peut-être savoir s’ils sont plusieurs autres à être pris en ce temps.


Dialogues en #4E6275


Dernière édition par Eoghan MacTavish le Jeu Mar 03 2016, 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Jeu Mar 03 2016, 09:34

Free ticket for the past

prénom1
&
prénom2
L'autre fille qui semblait venir du même endroit que moi, ainsi que moi-même fûmes emmenée par une femme assez... ronde. J'avais sans doute un peu refroidi les ardeurs de ces porcs. Mais la fille qui venait du même temps que moi était une chasseuse... Génial. Vive le monde pourri dans lequel j'avais atterri, les jeunesses hitlériennes me manquaient quand je voyais ça. A croire que le sort -sans mauvais jeu de mots, tout ça était sans doute l'oeuvre d'un sorcier ou un truc du genre...- s'acharnait sur moi. M'asseyant sur le lit, je ne pus m'empêcher de regarder discrètement la chasseuse se déshabiller, malgré moi. J'en fis de même. J'enfilais la robe bien qu'elle me grossissait un tant soit peu, ce n'était pas le souci principal.

- L'Allemagne nazie n'était pas si primitive que ça en fin de compte. Ou ne sera, je ne sais plus que penser...

Je soupirai, j'osais espérer que je quitterais bientôt cette Ecosse Moyenâgeuse. Une fois la robe enfilée, je me mis à hésiter. Pas sûre que j'avais envie d'aller rejoindre une assemblée de primitifs. J'imagine bien le banquet pareil à un bistrot du XXIe siècle, le rire des hommes bourré, les femmes réduites au servage en prime. Il était hors de question que je passe mon temps en cuisine ou à servir des gros porcs à la Obélix, ce n'était pas à ça que j'aspirais. Je restais donc assise sur le lit.

Cependant, le choix ne nous fut pas laissé, la grosse femme revint et nous informa qu'on devait la suivre. Encore un soupir avant de me lever, la vie allait être longue, paye ton immortalité, encore... peut-être 300 ans avant de pouvoir assister au jour où mes parents se rencontreraient? Je ne connaissais pas l'année exacte dans laquelle nous étions, mais ça craignait.
camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 302
inscrit le : 23/11/2015
crédits : wildbeast

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Lun Mar 07 2016, 22:18




Écrasé par le destin passé




Corset trop serré, tenue trop peu mon genre, mais je me pliais à cela, pour rester en vie. Et me voilà coincée avec une vampire nazie, un humain étrange, et un sorcier portugais. Fantastique. On retourne au cœur de cette bâtisse, et c'est une salle de taverne, où les hommes bois, parlent fort, et nous déshabille du regard pour certains. Notre hôtesse, nous invite à nous asseoir à côté de notre acolyte, et nous sers à manger du ragoût... ou un truc dans le genre, et de la bière. "Merci." répondis-je avant qu'un des écossais de ce temps là, vienne s'asseoir à côté de moi, me coinçant donc entre Eoghan et lui... Ce n'est pas celui qui m'a prit sur son cheval, mais un des autres, qui me regardaient avec un peu trop d'insistance. Il trinque avec moi, ou du moins, veut, je ne me fais pas prier et siffle ma bière d'une traite... toute la bière... De là, les hommes me regardent tous avec de grands yeux à la table, et je ne sais pas trop quoi penser. Finalement les rires gras explosent et le chef d'ailleurs, m'envoie une autre pinte via la table en bois. "Une bonne descente..." Me dit il d'une voix forte. "Une vraie de vraie." Je mangeais en silence, avant de glisser à l'oreille d'Eoghan. "Il est ou le portugais?"
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 38
inscrit le : 09/01/2016
crédits : fassylover

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Jeu Mar 10 2016, 05:04

La femme le pousse dans le dos, l'emmenant jusqu'à une grande salle où le repas et la boisson sont servis pour tous. On le colle entre les deux jeunes femmes, brune à gauche et blonde à droite, avant de le servir d'une généreuse portion de ragoût et d'une chope bien remplie d'une bière qu'il devine déjà aussi salée qu'ambrée. Siobhan crée une belle attraction, en sifflant sa bière d'un coup – de quoi impressionner tous ces vieux imbéciles qui les entourent. Un chuchotement, à son oreille, le ramène d'ailleurs à la jeune femme : « Il est ou le Portugais ? Aucune idée. » Ils ont été séparés et depuis... rien.

Il regarde le ragoût sans appétit, ni intérêt, son corps mort-vivant ne voyant pas la nécessité de manger, ou de boire. Même la bière, lui qui en était bien friand, de son premier vivant, n'allume rien chez lui. Seulement, par politesse et par nécessité de normalité, il ne peut pas vraiment refuser. Alors il attrape une tranche de pain pour saucer le ragoût, dont le goût riche est délicieux à chaque bouchée, sans pourtant qu'il ait plus envie de manger. Il pourrait manger du carton qu'il éprouverait le même plaisir. « Alors, cousin, qu'est-ce que tes donzelles et toi faisiez proche d'la forteresse ? Marche de santé, répond Eoghan avec un sourire malin et paisible, qui fait ricaner un des types. Alberto est parti ? Cette fois, c'est le manteau rouge derrière lequel il a monté qui lui répond, le dos soudainement raide et la voix sèche. On l'a amené ailleurs. » Il ajoute quelque chose qu'il ne peut comprendre, la langue se faisant trop vieille pour la compréhension de l'Écossais. Il peut seulement comprendre, d'instinct, que ce ailleurs n'est sans doute pas bien heureux.

(Brianna lui a dit qu'il ne pouvait pas mourir à nouveau, pas d'une autre main que de celle qui l'avait relevé)

« Y'a Dougal qui veut vous voir. Sa bouchée passe un peu de travers et une gorgée d'alcool seule réussit à l'empêcher de s'étouffer avec les morceaux de viande et de légumes. Parce qu'il est certes un MacTavish, un cousin mais ce chef de clan, il ne le connaît pas. Il ne peut rien y changer. Là ? Quand tes p'tites dames auront fini de manger, y va s'ram'ner. P't'être qu'elles lui plairont, si tu veux partager. » D'autres rires accueillent le commentaire graveleux. Le charpentier relâche sa chope et prend les deux jeunes femmes par les épaules, les rapprochant encore un peu plus de lui. Son expression de fait fière, un peu fanfaronne, alors qu'il clame : « Pas d'chance : j'y suis plutôt attaché. » Rires, commentaires, « à la bonne heure! » et autres « y'a des chanceux, moi, ma femme 'a veut pas! » accueillent le geste. Bien vite, il reprend ses bras et murmure un « Désolé » à ses compagnes.
Passer pour un imbécile macho n'est vraiment pas une partie de plaisir, mais c'est ainsi qu'il doit jouer.


Dialogues en #4E6275
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Jeu Mar 10 2016, 17:00

Free ticket for the past

prénom1
&
prénom2
Nous fûmes amenées dans une grande salle, et "invitées" (nous n'avions pas vraiment le choix à vrai dire) à nous asseoir autour de l'un des mecs qui avait été "ramassé" avec nous. On me mis un plat de ragoût sous le nez. En tout honnêteté j'accompagnerais bien ça du sang de ces... primitifs. La vie dans ce monde n'était pas faite pour moi, les femmes n''étaient pas bien traitées, et j'étais considéré comme la "donzelle" de ce voyageur à ma gauche. Je n'allais pas le nier, sinon j'allais être foutue avec un autre abruti en rut.

Sans appétit, je suivais alors le mouvement en mangeant le ragoût que l'on m'avait refilé. Et en toute sincérité, j'étais en train de commencer à piger tous les préjugés qu'on rencontrait sur les écossais. Enfin, sauf peut-être le préjugé des roux bis, même si j'étais quasiment persuadée que certains n'hésiteraient pas à venir embrasser mon voisin de table. Ca me dérangeait pas, tant que ce n'était pas moi. J'avais encore l'ignoble sensation de la claque aux fesses. Cette robe était pas pratique, je me fichais encore qu'elle soit trop serrée, j'étais déjà morte, je ne mourrais pas étouffée, mais les déplacements étaient quasi rendus impossibles et si je devais me battre ce serait galère. L'homme entre nous les femmes, murmura un désolé, probablement pour ses propos machistes.

- Pas de soucis, quitte à me retrouver à devoir jouer la bonne femme, autant que ce soit pas celle de l'un de ces êtres sous-évolués.

Et hop ! Encore malgré moi l'influence de mon éducation nazie ressortait. "être sous-évolués"... Pourtant, sans avoir entendu efficacement ce que je disais, certains semblaient interloqués par ces messes basses, me demandant avec son accent chelou et indirectement, employant le pronom "elle".

- Je disais juste qu'il faudrait quand même que je retrouve le chemin du port, c'était un bon petit voyage mais il faudra bien que je retourne dans mon pays.

Je m'engageais peut-être sur un terrain glissant, je n'avais aucune idée de ce qu'ils pensaient des prussiens, je ne savais même pas s'ils savaient placer Berlin sur une carte tant ils étaient primitifs. Clairement la Prusse ne serait sans doute pas plus évoluée, mais au moins j'y serais chez moi. A attendre la naissance de mes parents, dit comme ça ça parait bizarre.
camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 31
inscrit le : 19/01/2016
crédits : unicorn

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   Mer Mar 23 2016, 15:57





Clan Ecossais

   
Version MJ



   



   

Tu sais ce que tu dois faire, les convoquer, les cuisiner, trop de coïncidences tuent la coïncidences...  Une semaine avant, c'était un des tiens qui disparaissaient à travers un bosquet et des ruines... sans laisser de traces, pas même un corps mort ou pseudo palpitant. Non, c'est trop pour tes yeux de guerriers novices, au village d'Inverness, on parle de sorcières etc... même si le prêtre et exorciseur veut nous parler de Satan, je pense qu'il s'agit de magie. De foutue magie. Le portugais a été emmené dans les cuisines, une petite douche glacée devrait l'aider à délier sa langue...  Maintenant il faut s'occuper des trois autres, qui mangent à notre table. J'entre dans la salle, où mes hommes parlent forts, et je fais un signe de tête à l'un d'entre eux. Il leur demande de se lever, et de le suivre. Je m'installe dans une chambre, je m'assis sur une table et je les attends. "Entrez." Dis-je de ma voix forte, et les voilà... la brune avec des dessins de pirates sur le corps, la blonde très blanche, et l'écossais. Je fais signe à mon homme de refermer la porte derrière et surtout de rester derrière celle ci. "Vous allez devoir m'expliquer quelque chose... Comment un portugais, une prussienne, un écossais et une anglaise font ensemble sur les terres de Culloden Moor." Ce n'était pas aux vieux singes qu'on apprenait à faire la grimace, et j'étais bien décidé à en découdre. L'anglaise objecta qu'elle était Irlandaise. "De mieux en mieux..." Répondis-je. "J'vous explique, le portugais a été cuisiné, il a lâché des trucs bizarres, mais pas plus bizarres que c'que je vois de mes yeux depuis quelques temps d'jà." Je me levais pour mettre du poids dans la discussion et dans mon discours. "La question est donc simple, qu'un p'tit enfant pourrait répondre... D'où venez vous?"
   

   

   
©Codage by Mr. Chaotik
   
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: rewinded story (siobhan & beatriz)   

Revenir en haut Aller en bas
 

rewinded story (siobhan & beatriz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Story] Into the darkness
» [Blog] Short-story : Winter tale
» [Story] L'Empire des Skrall Chapitre 2
» [Blog] BIONICLE story
» [Story] Federation of Fear 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Season 1 - CLOSED
 :: 
1745 Cloture
 :: 
Prison
-