AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]   Lun Fév 08 2016, 23:27

Tiens, voilà du boulot

Beatriz
&
Sinéad
Je me souvenais encore de mon premier repas. De la sensation merveilleuse que je ressentis lorsque le sang coula dans ma gorge pour la première fois... Et également de la surprise inattendue qui m'avait étonnée ce soir là. Sinéad. Je ne m'étais guère attendue à voir quelqu'un surgir de nulle part pour faire on ne sait quoi avec ma victime. Sans compter qu'elle était grognon en plus du reste ! Jolie faucheuse, qui revint plusieurs fois sans prévenir, et qui partait aussi soudainement. Qui eut cru que j'aurais des "rendez-vous" réguliers avec une émissaire de la mort ! De fait, quand je prenais une vie, j'offrais un emploi. Plus ou moins. Ou plutôt, j'offrais un client aux faucheuses. Pourtant, il n'y en avait qu'une seule que j'avais déjà croisée, une seule dont je connais la vraie nature en tout cas, Cinéad.

Je repensais à elle. J'allais encore tuer, après tout ! Peut-être que pour la plupart de mes victimes ce n'était juste pas elle qui se présentait, mais tuer quelqu'un est une excellente façon d'appeler une faucheuse. Une personne riche ! Comme ça dans la maison et le quartier je pourrai me remplir les poches. Et peut-être que ça botterait un peu mon amie faucheuse de faucher l'argent des riches ! J'étais cleptomane mais pas avare, je savais partager, davantage avec des jolies filles d'ailleurs, faucheuses ou non. Bref, je prenais un homme riche en filature. Je pris le temps de vérifier qu'il vivait bien seul, puis je rentrais par une fenêtre. Un bijou glissa malencontreusement du meuble où il se trouvait jusqu'à dans la poche de ma veste au passage, puis lorsque je me retrouvai face à face avec ma victime, ni une ni deux, je le mordis dans le coup. Il serra mes épaules, mais sa prise était de moins en moins forte au fur et à mesure que j'avalais son sang. Plus que contre moi, c'était probablement contre la faucheuse qui essayait de l'emmener qu'il luttait visiblement, mais ce qui devait arriver arriva, il s'écroula à mes pieds. Mes lèvres prirent la forme d'un sourire en coin sanglant, tandis que je me demandais si la faucheuse que je connaissais allait apparaître. Après tout, ça pouvait très bien ne pas être elle. Dans quel cas tant pis.
camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 267
inscrit le : 14/12/2015
crédits : Gorgeousmali

MessageSujet: Re: Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]   Mar Fév 09 2016, 22:49

Tiens, voilà du boulot
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beatriz
&
Sinead
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je n'apparais pas à chaque fois aux mortels ou créatures qui se trouvaient auprès des défunts. Parfois je venais quand ils avaient le dos tournés, parfois je me contentais d'arrêter le temps pour faire mon travail. Je ne le faisais au final que quand l'envie m'en prenais, quand je m'ennuyais pas exemple. Il fallait éviter les mortels, c'était long pour leur expliquer ce que je faisais là, comment j'étais arrivée et les persuader que non, définitivement non, je ne suis ni Dieu, ni le Diable, ni un ange. Leur expliquer que d'une certaine façon je suis une sorte de réincarnation de la mort, appelait plus communément Une Faucheuse, mais je ne n'étais pas unique, j'existais de partout, nous étions légion. En fait, il fallait plutôt leur dire que j'étais le bras armé de la mort, je ne suis que là pour récolter les âmes pour les faire franchir le Voile, je ne planifie pas leur mort et bien souvent ne suis pas là quand elle se produit. Je suis une sorte de sous-traitant, qui fait le boulot que personne ne veut faire. Bref, c'est chiant avec les mortels, c'est long à expliquer, bien souvent ils sont trop fermés d'esprit pour comprendre, ça me fatigue bien trop vite et ça perd tout son plaisir. Alors que les créatures magiques, c'est différents. De base, elles savent qu'elles sont différentes des humains lambdas, donc qu'une Faucheuse existe, ça leur parait logique au final. Elles ne sont pas toujours très sympa, mais parfois je tombe sur des gens sympathique. S'ils sont immortels, j'ai l'occasion de les croiser de temps à autre, c'est toujours plaisant de taper la causette à de vieilles connaissances, le temps d'une rencontre.

La prochaine âme que je vais collecter se trouve dans ce cas de figure-ci. En soit l'âme en elle même n'a rien à voir avec cette histoire, elle n'est que le dommage collatéral de cette histoire. Mais la vampire qui l'a tué, c'est une toute autre histoire. Elle s'appelle Beatriz, j'ai été présente pour son tout premier meurtre en tant que vampire. Elle était maladroite, perdue encore, en plein apprentissage. Elle était avec sa créatrice. Je ne sais pas grand chose de cette dernière, je me suis rapidement désintéressée d'elle pour me focaliser sur la blondinette. J'ignore ce qui m'a plu en elle, je crois que sur le coup la situation était cocasse, j'avais envie de m'amuser un peu et ce n'est pas toujours évident d'arriver avant qu'une victime ne meurt. Mais j'étais dans le coin, je venais de terminer avec un défunt, je savais que j'allais avoir celle-ci et quand j'ai vu qu'elle était accompagnée de deux vampires, j'ai pas hésité bien longtemps. Je ne me souviens plus exactement des détails de cette rencontre, j'ai quelques souvenirs éparses, rien de bien transcendant. J'ai beaucoup ri, cela m'a diverti un temps et puis j'ai repris ma vie, laissant Bea perplexe. J'ai eu l'occasion avec le temps de la recroiser, c'est la chance avec les vampires, on est forcé de les croiser tôt ou tard. On n'a pas toujours l'occasion de leur parler, parfois on n'en a pas envie mais quand je l'ai revu, j'ai eu envie de réapparaitre, pour avoir des nouvelles, voir si elle se débrouille mieux qu'avant. Elle a bien appris, elle a bien grandi aussi. Je ne vais pas aller jusqu'à dire que nous sommes amies, il y a encore une marge, mais je l'aime bien. Nous avons des points en commun, nous aimons toutes les deux l'argent et nous avons beaucoup d'attrait pour ce qui ne nous appartient pas.

C'est donc elle que je croise aujourd'hui. Sa victime est déjà morte quand j'arrive sur les lieux et au lieu d'arrêter le temps, j'apparais devant elle, sourire aux lèvres "Tu m'attendais ?!" Lui dis-je ne plaisantant. "Bon je vois que tu as fais beaucoup de progrès, c'est beaucoup plus propre que la première fois. C'est bien ma fille !!" Lui dis-je en me moquant gentiment. Je fais le tour sur moi même en sifflant "Hé ben mon p'tit. J'vois qu'on ne se prive de rien. Jolie maison. C'est la sienne j'espère, sinon tu n'as rien retenu de tout ce que je t'ai appris ..." Quand mon regard tombe sur le défunt, j'ai un léger soupire. C'est vrai qu'il est là lui. Je le laisserais bien là quelques heures, le temps que j'inspecte la baraque. De toute façon il ne va aller nulle part, mais ... non ce n'est pas très déontologique, on pourrait me le reprocher. J'attrape l'âme du défunt et je disparais avec elle du champ de vision de la belle vampire. Je rassure le pauvre défunt, lui explique ce qui s'est passé. Je lui raconte ce que nous allons faire et nous entamons notre petit voyage jusqu'au delà du Voile. Une fois mon travail achevé et le colis livré au bon endroit, je reviens vers Beatriz. "On se fait une petite visite ?"
camo©015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Chaque souffle nous rapproche de la mort. » H. A.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]   Mer Fév 10 2016, 15:08

Tiens, voilà du boulot

Beatriz
&
Sinéad
Ca y est, la faucheuse sexy arriva. Suffisait-il de penser à elle pour qu'elle soit "appelée"? Je n'en savais rien, mais ce n'était pas important, je ne penserais pas à elle à chacun de mes meurtres de toute façon. Autant dire que je serais toujours en train de penser à elle ! Enfin bref, elle me demanda en plaisantant si je l'attendais. C'était ça, je l'attendais ! J'en profitais d'ailleurs pour essuyer le sang qui traînait sur mon menton, ce n'était pas très professionnel, c'était juste sexy. Ma fille? Elle me parlait presque comme un chien, heureusement que je savais qu'elle plaisantait autrement ça ne m'aurait pas plu ! Lorsqu'elle douta de moi, par rapport à la maison, je croisais les bras, amusée.

- Evidemment que c'est la sienne. Dans une maison comme ça il y a des petits trésors, j'ai jugé bon de faire une pierre deux coups et de repartir l'estomac aussi plein que les poches.

Elle disparut bien vite, je compris qu'elle était partie conduire l'âme dans l'au-delà. En attendant, je fouillai un peu partout, empochant encore quelques trucs dans la pièce. Mais j'attendais Sinéad pour commencer réellement les vols dans toute la maison. On ferait en quelques sortes une séance shopping gratuite chez le mort ! J'étais certaine qu'il y aurait des trucs qui lui plaisent ici, même si je ne connaissais pas tout à fait ses goûts. Lorsqu'elle revint, elle me proposa que l'on se fasse une petite visite. Mon sourire était toujours sur mes lèvres tandis que je me retournais vers elle.

- Avec plaisir ! J'espère que tu as des poches spacieuses, il y a l'air d'avoir pas mal de choses ici !

En disant ça, une montre en or disparut dans la poche de ma veste. Ce que je ne pourrais mettre ou ce qui me serait inutile, je le vendrais. Je pense que Sinéad pouvait raisonner de la même façon. Regarder la valeur financière avant la valeur utilitaire. Il y a bien sûr certaines choses que je garderais. C'était le cas d'un bracelet que je mis tout de suite à mon poignet. Dans cette pièce il y avait beaucoup de bijoux, mais dans une autre pièce ça pouvait être autre chose. De l'argent liquide, peut-être, ou d'autres choses précieuses. Je laisserais par contre tomber les oeuvres d'art, je n'avais pas de quoi les transporter. Bref, la visite allait commencer, comme dans un musée, où nous pouvions prendre tout ce que nous voulions ! Mes doigts passèrent sur le mur tandis que je marchais vers Sinéad.

- Tu sais, au début la faucheuse je l'imaginais avec une cape noire et une faux. J'étais loin d'imaginer qu'elle était aussi sexy !
camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 267
inscrit le : 14/12/2015
crédits : Gorgeousmali

MessageSujet: Re: Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]   Sam Fév 13 2016, 15:31

Tiens, voilà du boulot
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beatriz
&
Sinead
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sa remarque me fait sourire et me dégoûte tout autant, il faut bien l'avouer. Je trouve les habitudes alimentaires de vampires fort dégoutante et répugnante. J'étais consciente qu'ils n'avaient pas franchement le choix, qu'ils devaient se nourrir de sang pour survivre mais ça restait une habitude écoeurante et je n'aimais pas franchement devoir attendre qu'un vampire termine son encas pour lui parler. Ca m'étais déjà arriver avec Clyde, il n'était pas du genre à se gêner pour vivre sa vie, même quand j'étais là, mais c'était aussi ça qui faisait son charme. Nous restions nous même en toutes circonstances, ne cachant pas nos plus noires habitudes. Je connaissais beaucoup moins Beatriz, voir même pas du tout à comparer de Clyde. Mais nous ne nous étions pas rencontrées dans les mêmes conditions, nous n'avons pas passé réellement de temps ensemble, nous n'avons pas fomenter des complots pour arriver à nos fins, rien de tout cela. Avec Bea ce n'était qu'un jeu, digne de la cours d'enfant mais fort divertissant malgré tout. Elle était trop jeune pour avoir connu les coups bats des Cours et les manigances que nous devions faire pour avoir la part du gâteau. Tout cela lui échappe, elle a raté une belle époque, il faut bien l'avouer. "Il faut parfois se méfier des apparences. Pour certains ce n'est que de la poudre aux yeux pour donner l'illusion d'être toujours riche alors que la vérité est tout autre..." Lui dis-je en souriant.

En 815 ans, j'en ai rencontré du monde. De toutes ethnies et tous niveaux sociaux confondus. Que ce soit des pauvres très pauvres, comme des riches très riches. J'ai aussi rencontré des nouveaux riches, qui étaient mal vu par les grandes familles et qui avaient souvent un peu trop de prétention pour devenir réellement intéressants. Et puis il y avait les nobles pauvres, comme j'aime à les appeler, ceux qui jouaient sur les apparences pour préserver leur réputation mais qui n'avaient plus un sous en poche. Tout n'était que dans l'apparence, donnant l'illusion de richesse et de grandeur mais il fallait savoir observer pour voir la réalité. J'espérais que cet homme que je venais d'aider à traverser le Voile ne faisait pas parti de cette catégorie, sinon ce serait une belle perte de temps. Beatriz me fit sourire quand elle me demanda si j'avais les poches assez grandes pour mettre tout ce que je souhaitais dedans. Un rire cristallin sortie de ma gorge. "A quoi bon avoir des poches quand on a le don de téléportation ?!" Lui répondis-je amusée. Et puis il fallait avouer que les seules choses qui allaient potentiellement m'intéresser seraient les oeuvres d'art et les livres. Les livres étaient pour ma collection personnelle et les oeuvres seraient pour ma galerie.  

J'errais dans la pièce, observant un peu ce qui m'entourait en attendant que la jeune vampire finisse de faire son marché. J'espère que les autres pièces seraient plus intéressantes parce que celle-ci ne recelait rien d'extraordinaire à mes yeux mais Beatriz avait l'air de trouver son bonheur. "Une vieille plaisanterie d'une Faucheuse, très certainement. Je suis persuadée qu'elle a perdu un pari ce jour-là et que depuis c'est l'image qui hante l'esprit de tout le monde..." Lui répondis-je en laissant glisser mes doigts le long d'un meuble. Au moins la poussière était faite régulièrement, c'est déjà bien. "Mais je suis ravie de savoir que tu me trouves sexy !!" Finissais-je par dire un peu amusée, braquant mes yeux bleus vers elle.
camo©015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Chaque souffle nous rapproche de la mort. » H. A.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tiens, voilà du boulot ! [Beatriz&Sinéad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens, voilà du Rebus !
» Boulot, ennui, feuille et feutre noir...
» Alors que re-voilà la sous-préfète...
» nouveau boulot!
» *Tiens.. Qui est là?Ma tante Charlotte! Euh non.. Day-Hayate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Inverness
 :: 
Old Town
 :: 
Habitations
-