AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
parchemins : 147
inscrit le : 07/02/2016
crédits : A venir

MessageSujet: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Mer Fév 10 2016, 20:56

Montre-leur les vieux démons.
Ressuscite leurs peurs ancestrales. L'indifférence, c'est la mort. Sans ténèbres, il n'y a pas de lumière. Sans mal, il n'y a pas de bien. Donne-leur le choix.
Dan Brown





A genoux, devant la tombe de cette malheureuse, je psalmodie les rites d'usage. C'est encore un essai, encore une façon de me prouver que ces 8 années de magie noire, ont bel et bien porté leurs fruits. Clovia me tend la dague en argent, et la lame vient caresser ma peau, ouvrant une brèche rubéenne, de laquelle en découle mon sang. C'est l'usage qui veut ça, le mort se nourrit de notre sang, et de celui d'une chèvre ou d'un poulet que l'on égorge au dessus de la terre qui l'a recueillit. Clovia tranche la gorge de la bête, et me tend le cadavre que je tiens. Mon sang se mêle au sien, et je continue en latin d'appeler le corps à revenir à la vie. Ma magie se délie, c'est épuisant, mais à la fois tellement addictif. De grandes tentacules violines, voilà comment je me représente ma magie. Concentrée, je ne sens pas de suite la brèche spatio temporelle qui m'aspire, c'est lorsque Clovia pousse un cri, que je réalise ce qu'il se passe. Et c'est quand mon corps heurte le sol glacée et terreux, que je comprends... je comprends que j'ai atterrit dans une tombe creusée et ouverte... Allongée sur le dos, je reprends mon souffle, et je regarde en haut. Une neige fine mais présente tombe sur moi, et bientôt deux visages d'hommes me regardent d'en haut. "Qu'est ce que..." Ils me dévisagent vraiment et échangent des mots en vieux gaélique. Je me relève, et ma longue robe, pour en retirer la terre à moitié sèche. "Où suis-je?" demandais-je dans mon anglais propre, celui de la fanco-hongroise que je suis. Ils ne me répondent pas réellement, mais m'aident quand même à sortir de cette tombe, je les remercies, réalisant doucement... que leurs habits étaient ceux de paysans médiévaux... Qu'ils n'avaient pas de tractopelle pour creuser les tombes, mais bien des pioches et des pelles... Je regardais autour de nous, de vieilles tombes rudimentaires. Je poussais un large soupir, et attendis un instant, regardant ma montre sous l'oeil curieux des deux paysans. "Hours." Dis-je alors, et celui le plus proche de moi, se gratta la tête. Ce n'était pas une bonne idée tout ça, je m'excusais de ma maladresse et partis en direction de la sortie du Cimetière... Sidérée de ce que mes yeux captaient aux alentours. Nous avions changé totalement de temps... Les ruelles étaient crasseuses, et tout le monde étaient vêtus de kilt et plaid pour les hommes... sauf... Je me hissais sur la pointe des pieds, regardant cet homme brun, qui me sembla porter un pantalon!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 94
inscrit le : 28/11/2015
crédits : Stolen Paradise

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Ven Fév 12 2016, 19:06

Liam ne parlait pas la langue et il ne comprenait rien de ce qui disait. Alors il avait fait un choix, ne pas prononcer un seul mot et se faire passer pour un sourd. C’était bien mieux ainsi. Le métamorphe se demandait bien ce qui passait et si un jour il retrouverait son époque. Chaque jour était un défi. Au moins il avait trouvé moyen de s’habiller comme les gens de la région, en kilt. Cela l’agaçait et le dégoûtait, en plus d’avoir terriblement froid. Il était quasi sûr de l’époque il se situait, mais émettait quelques doutes. En tout cas, tout semblait compliqué et cela lui donnait mal à la tête. L’homme avait décidé pour une fois de mettre un pantalon et de se cacher dans l’ombre pour éviter qu’un anglais ou un écossais le voit. Il avait l’impression d’être regardé de travers, il était un paria, un étranger, quelqu’un de malade. Il avait remarqué quelques faits étranges, comme le fait que des gens qui parlaient anglais, comme lui, apparaissaient au fil du temps, tout aussi paumés qu’il l’avait été et l’était encore. Il s’agissait alors de sauver sa peau et de survivre le plus longtemps possible en espérant quelque chose, probablement un petit miracle mine de rien. Il n’était pas croyant d’habitude, mais pourquoi pas après tout ? Ce qui était sûr, c’était qu’il ne s’attendait pas à une telle agitation près du cimetière, ou ce qui semblait l’être compte tenu du fait qu’il y avait des tombes. Liam repéra cette femme qui semblait perdue et un peu sonnée. Il n’osait pas intervenir, restant tapi dans l’ombre, les sens à vif. Sauf qu’il se fit remarquer et jura. Il ne s’y attendait pas à attirer le regard ainsi, mais c’était un peu de sa faute pour le coup. Il devait trouver une solution. Il couvrit sa tête avec la capuche de son espèce de manteau, il ignorait le nom de cette veste d’époque. Sans même réfléchir, il marcha rapidement, passant comme une ombre et sa main se referma sur le poignet de la femme qu’il tira. « Ne vous retournez pas. »

Sa voix aboyait dans un anglais parfaitement clair. Non ils devaient devenir des ombres, ne pas attirer le regard une seule seconde. L’homme sentait son cœur tambouriner dans sa cage thoracique. Il avait envie de vomir et d’un autre côté, il était terriblement excité par cette situation. Il s’arrêta dans l’ombre de la nuit des arbres et tourna son visage vers cette femme. Il la dévisagea, clairement elle venait de son époque, elle était différente. Il abaissa sa capuche, lâchant le poignet de cette belle inconnue. « Vous parlez ma langue, n’est-ce pas ? » Sa voix était rauque et fatiguée. Il ne parlait plus suffisamment. C’était un homme perdu, voilà ce qu’il était devenu depuis le temps. Un homme qui avait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 147
inscrit le : 07/02/2016
crédits : A venir

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Ven Fév 12 2016, 23:16

Montre-leur les vieux démons.
Ressuscite leurs peurs ancestrales. L'indifférence, c'est la mort. Sans ténèbres, il n'y a pas de lumière. Sans mal, il n'y a pas de bien. Donne-leur le choix.
Dan Brown





Un frisson parcourut en vague, mon dos. L'impression d'être nue au milieu de ces gens, et j'ai perdu sa trace, je l'ai peut être rêvé. J'ai peut être rêvé cet homme, je l'ai espéré pour me prouver que je n'avais pas toute seule, remonté le temps. Les bras le long du corps, je suis emplie soudainement d'une espèce de peur, moi qui relève les morts depuis 8 ans. Moi qui suis au plus proche du sang, de la bile et l'horreur la plus absolue. Les cris, les blessures sont mon quotidien depuis que je l'ai perdu. J'expire et c'est à ce moment là, que je sens une prise sur mon poignet. J'ai un hoquet de surprise, j'aurais pu l'expulser d'un mouvement de magie, lui glacer le sang par mon pouvoir des morts, mais je n'eus pas le temps, pas l'occasion. Il m'ordonna de ne pas me retourner, et j'obéis simplement. C'était la première fois depuis longtemps, qu'un homme posait sa main sur moi. Étrange mélange d'excitation et de crainte. Mon cœur tambourina dans ma poitrine et mon souffle se fit court, nous nous déplacions rapidement, et finalement en une ritournelle, nous fûmes hors de portée de regard. En face de moi, un homme de haute stature, le visage masqué par une capuche sombre, seule sa bouche était visible. Il me lâcha le poignet, et j'en ressentis presque une déception. Sa capuche fut retirer, et je pus voir son visage en entier. Un bel homme, avec cette aura surnaturelle certaine. Je me mordis l'intérieur de la lèvre un instant, avant de revenir à sa question. J'hochais la tête, sans pour autant parler, j'aurais voulu presque qu'il n'y ait pas d'échange de paroles, juste cette proximité dérangeante et attirante à la fois, et un long échange de regards. Malgré la pénombre, je pus déceler que son regard était sombre, que sa barbe avait recommencé à pousser sur ses joues et son menton... sa bouche était fine, entrouverte, attendant un mot de ma part. "Oui." Dis-je finalement dans un souffle, à sa première question. "Je..." J'eus une fraction de seconde d'hésitation. "Je pensais vous avoir affabulé." Continuais-je, mon regard toujours plongé dans le sien, alors que le froid mordant de cet hiver malmenait mon corps et alors que ma coupure à la main était encore fraîche. Comprenant que ma fixation sur sa personne, pouvait me faire passer pour une folle, je me raclais la gorge et détournais le regard de lui. Observant des écossais en kilt passer, je repris. "Où sommes nous, le savez vous?" J'avais certainement un fort accent français ou Hongrois en parlant anglais, mais j'avais toujours réussit à m'en débrouiller. J'espérais n'être pas tombée dans une époque où les étrangers étaient prit pour des espions, et mené en esclavage. Je tournais la tête vers lui, me rendant compte que nous étions assez proches, au point de sentir son souffle sur mon visage. "Je m'appelle... Margot et vous?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 94
inscrit le : 28/11/2015
crédits : Stolen Paradise

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Jeu Fév 18 2016, 15:33

Liam prenait sur lui, mais il était heureux de partager un moment avec quelqu’un qui parlait sa langue. Il avait la crainte qu’on les voit et qu’ils aient des problèmes. Il était un paria à cette époque, il ne parlait pas la bonne langue. Un soupir de soulagement traversa le brun quand elle affirma parler sa langue. Il se sentit soudainement moins seul. Depuis quelques temps, il se demandait réellement ce qu’il se passait et si un jour il retournerait en 2016. Il était particulièrement inquiet pour sa mère, se demandant bien ce qui se passait pour elle et son père. Étaient-ils quelque part dans cette époque ou alors pas du tout ? Liam n’en dormait quasi pas la nuit à force d’y penser. Un frémissement le traversa alors qu’il dévisage cette femme étrange. Il sourit avec douceur. « Je suis bel et bien réel. » Affirme-t-il. Elle avait un drôle d’accent, comme si l’anglais n’était pas sa langue maternelle, mais Liam n’en avait que faire. Cela n’était pas sa priorité de le découvrir. Il avait bien d’autres priorités en ce moment. Comme trouver un moyen de se planquer. Tant qu’elle n’ouvrait pas la bouche, ils s’en sortiraient. Liam avait tenté malgré tout de découvrir depuis le temps où il était, quel était cet endroit. Il n’avait aucune certitude, juste plus de questions jour après jour. « Je crois que nous sommes à Inverness. » Il n’était pas sûr et cela le tuait. Il aurait tellement aimé trouver des réponses. Sauf que là il en avait aucune idée et cela le tuait. Liam était complètement dans ses pensées.

Mais soudainement, il se rendit compte de la proximité avec cette femme et recula légèrement pour mettre de la distance. Il n’aimait pas la proximité soudaine. Son cœur brisé n’avait fait que rendre les rencontres plus difficiles au fil des années. « Liam. » Il regarda nerveusement autour de lui. Il n’appréciait pas de faire du sur-place et d’attendre il ne savait trop quoi. Cela le rendait particulièrement nerveux pour le coup. « On doit vraiment bouger et essayer de vous trouver une tenue convenable. Vous détonnez malgré votre robe. » Il rabaissa sa capuche sur sa tête, des ombres se créèrent sur son visage, le rendant plus sévère qu’il ne l’était. Sa personnalité changeait depuis quelques semaines et il était en train de s’effacer, de perdre son petit peps qui à l’époque aurait pu rendre folles certaines personnes. Liam s’éloignait déjà, se dirigeant naturellement vers la forêt. Margot ne pouvait pas l’accompagner en ville dans cette tenue. Elle attirerait bien trop les regards même si en ce moment les habitants avaient franchement l’habitude des bizarreries. Ce n’était pas une raison pour provoquer encore plus les habitants de la région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 147
inscrit le : 07/02/2016
crédits : A venir

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Jeu Fév 18 2016, 21:22

Montre-leur les vieux démons.
Ressuscite leurs peurs ancestrales. L'indifférence, c'est la mort. Sans ténèbres, il n'y a pas de lumière. Sans mal, il n'y a pas de bien. Donne-leur le choix.
Dan Brown





Il redevint aussi glacial que le froid qui me mordait les joues. Inverness donc, avec un étranger peu commode, et clairement surnaturel. Il remit sa capuche sur la tête, et me dit qu'il fallait me trouver des vêtements, avant de partir vers la forêt. "Non." Dis-je simplement, mais en exprimant une affirmation. "Non, je ne veux pas aller..." Il est bien partit pour y aller, je regarde vers la ruelle, et je le regarde partir. "attendez... Jesus Christ!" Lâchais-je en le rattrapant, tout en sautillant dans les herbes. "Vous pensez peut être que je vais aller me vêtir d'époque dans la forêt?" Lui dis-je alors, en me plantant en face de lui. "Me prenez vous pour une buse, une niaise ou encore une débile? Si ça se trouve vous êtes un dangereux personnage, un sociopathe, ou encore même un psychopathe..." Lui dis-je en croisant les bras sur ma poitrine. "Si nous sommes à Inverness encore... C'est qu'il existe probablement une porte de sortie, une porte magique ou autre!" Lui dis-je pour le convaincre de ne pas partir à l'aventure, à l'aveuglette. "ça fait combien de temps que vous êtes là? Combien de temps que vous cherchez une porte de sortie?"

Je ne pris pas attention sur le coup, mais un groupe d'hommes beurrés au demeurant vinrent vers nous, en parlant une langue étrangère, que j'assimilais à du gaélique. Inverness, en temps anciens, ne parlait que gaélique, et un gaélique écossais fort peu digeste. Quand je réalisais qu'ils étaient là, d'instinct je me planquais un peu derrière l'homme, que j'avais traité de peut-être psychopathe, il y a peu. Ils s'adressèrent à nous, et vu comment l'un d'entre eux me regarda, ils devaient parler de moi. Je détestais ces hommes, sans une once de logique, de bienséance, ou même de manière. J'avais la nausée, et ma coupure à la main me tiraillait encore, de petits picotements dans la main, m'indiquant que sans bandage décent, j'allais avoir mal les jours à venir... ou attraper une septicémie. Les trois hommes, se mirent à rire, de ce genre de rire gras et déplaisant à une oreille féminine qui se respecte. Je n'avais pas envie de connaitre les coutumes de viols collectifs, et je passais devant l'homme, pour psalmodier et agiter mes mains en l'air devant moi. D'un coup, les trois hommes tombèrent comme des mouches. Lorsque je me retournais vers Liam, c'était pour voir un visage contrit, limite dégoûté. "Quoi, auriez vous préféré qu'ils nous violent tous les deux?!" Dis-je alors, sans pour autant comprendre le malaise ambiant. "Ils ne sont pas morts, juste endormis..."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 94
inscrit le : 28/11/2015
crédits : Stolen Paradise

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Jeu Fév 25 2016, 22:17


Il aurait pensé qu’elle aurait suivi sans histoire, mais c’était sous-estimer ce bout de femme venue de son époque. Liam se figea en entendant son non. Elle avait du caractère, c’était du moins ce qu’il supposait quand il l’entendait parler et cela l’agaçait vraiment pour le coup. Il n’avait pas besoin de cela, pas besoin d’une femme qui commençait à faire la révolution à une époque où la justice et les droits de l’Homme ne semblaient pas exister. La loi du plus fort, voilà tout. C’était ce qui valait ici. Il arqua un sourcil quand elle exposa son refus d’aller dans la forêt. Et pire encore, le traita de sociopathe. Un tel caractère il n’en avait plus croisé depuis des semaines, pour sûr. Cela lui arracha un rire, un rire sincère qui le détendit. Il était tendu constamment et cela le rendait malade, l’empêchait de dormir. « Moi un psychopathe ? Vous n’avez encore rien vu. Croyez-moi, une femme risque gros ici. » Les femmes ne valaient rien, les femmes étaient sous la coupe de l’homme. On n’allait pas plus loin que ce genre de pensée. Liam ne savait pas comment prouver qu’il n’était pas un psychopathe. Il n’en avait jamais été un, il était juste un homme fatigué. Un homme inquiet pour sa famille et qui voulait rentrer chez lui sans possibilité de le faire, clairement.

Une porte de sortie… Il y avait pensé, il avait retourné cela dans sa tête durant des semaines et des semaines, pour autant, il n’avait rien trouvé. A sa connaissance, personne n’avait rien trouvé, mais peut-être se trompait-il. Il n’en savait trop rien. Il n’espérait plus grand-chose, sauf apprendre cette foutue langue qui ne résonnait pas vraiment à son oreille. Cela le rendait fou. Liam détestait être impuissant et être aux mains des autres. « J’ai pensé à une porte de sortie… Mais je n’y connais rien en magie. » Et cela chiffonna son beau visage. Il se tenait loin de la magie depuis son aventure avec sa sorcière, une aventure qui avait mal fini. Il fut mal à l’aise quant à la question de combien de temps il était ici. Le brun haussa les épaules. « Des semaines ? Un mois ? J’ai arrêté de chercher au bout de dix jours. S’il y avait, j’aurais trouvé et les autres ici. » Les autres, ils n’étaient pas les seuls du « futur ». Mais cela ne servait à rien d’espérer, lui avait perdu tout espoir très sincèrement. Sauf que le métamorphe ne voulait pas le dire, il avait un minimum d’orgueil mine de rien.

Et bien entendu, comme un problème n’arrivait jamais seul, il entendit des hommes surgir et rire. Liam mit un bras devant la fameuse Margot qui était à présent derrière lui. Il n’était pas sûr d’être capable de pouvoir se battre. Il en avait peut-être la puissance et au pire, il pouvait leur faire peur. Sauf qu’il ne voulait pas se faire repérer pour sorcellerie et se faire brûler. Il imaginait que ce genre de pratique barbare existait toujours. « Restez derrière moi et quand je vous le dirai, courez. » Oui, il avait peut-être trop vu de film de super-héros. Sauf que rien ne se passa comme prévu. Margot se mit devant lui et agita les mains en parlant quelque chose qu’il ne comprit pas, mais reconnut par analogie. Il sentit son sang se glacer en se rendant compte que c’était une sorcière. Cela devait voir sur son visage, tout ce qu’il éprouvait. Dégoût, peur, rage. Liam soupira quand elle lui dit qu’ils étaient justes endormis. « Comme si j’avais eu besoin de tomber sur une foutue sorcière… » Dit-il d’une voix peu contente. « Tirons-nous dans la direction que vous voulez, mais loin d’eux. » Il les pointa du doigt. « Dès qu’ils se rendront compte que nous sommes loin et qu’on ne les a pas touchés, on sera dans la merde jusqu’au cou. »

Comme s’il avait besoin de cela. Foutue sorcière qui faisait tout voler en éclat. Liam la toisa, attendant de voir quel plan elle allait appliquer. Vu que c’était visiblement lui le psychopathe de l’histoire, il lui laissait volontiers les rênes. Si cela pouvait la rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 147
inscrit le : 07/02/2016
crédits : A venir

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Jeu Fév 25 2016, 22:50

Montre-leur les vieux démons.
Ressuscite leurs peurs ancestrales. L'indifférence, c'est la mort. Sans ténèbres, il n'y a pas de lumière. Sans mal, il n'y a pas de bien. Donne-leur le choix.
Dan Brown





Je fronçais les sourcils avec sévérité, lorsqu'il dit "foutue" et "sorcière" dans la même phrase. Depuis tout ce temps de solitude, j'avais un peu perdu l'habitude d'être avec de vrais, enfin des vivants originels j'entends. Mais il ne fallait pas être devin, pour comprendre qu'il avait un contentieux avec ma race. Je croisais les bras sur ma poitrine, arquant un sourcil, comprenant aussi qu'il ne devait pas être très féroce comme surnaturel, pour avoir peur de simples écossais bourrés et bourrus. "Qu'on se dise les choses, je ne suis pas l'instigatrice de tout ce ... merdier... et j'aimerais qu'à l'avenir, alors que je sauve vos fesses autant que les miennes, les mots "foutue sorcières" ne se suivent pas." Je montais une épaule, au niveau de mon visage, signe que je n'étais pas particulièrement à l'aise avec tout ceci. "S'ils se réveillent et qu'ils nous retrouvent, je ne ferais pas que les assommer, si ça peut vous rassurer petite créature surnaturelle sans défense." Lâchais-je en partant finalement vers la forêt. Je levais le doigt en l'air, m'arrêtant dans ma lancée. "deux secondes." Lui dis-je, en retournant vers les hommes, pour tirer de sous l'un des corps, le plaid en laine qui le maintenait au chaud, bien qu'humide, il m'aiderait à rester un peu au chaud pour cette nuit qui s'annonçait bien longue. Et je pris aussi une arme à l'un d'entre eux, une épée plus précisément, que je tendis à Liam. "Tenez, je vous laisse le soin de vous servir à l'avenir de ceci... J'ai trouvé votre héroïsme touchant, bien que dépassé..." On ne dirait pas comme ça, mais pour moi c'était un compliment, et probablement le premier depuis très longtemps.

Je m'enroulais dans le plaid, qui sentait le cheval, la bière et l'humidité. Je n'étais pas si forte en réalité, pas si pleine de caractère, je m'étais bien éteinte depuis ces 8 dernières années. Sa perte, m'avait profondément changé, à jamais blessé, pour toujours meurtrie. C'est toute la complexité de celle que je suis ou de celle que je parais être, certaines personnes me réveillent. Comme cet étrange homme, doté d'un sens de l’héroïsme chevaleresque et d'une confiance envers autrui assez peu commune. Il déteste les sorcières, mais malgré le fait que j'en sois une, continu de me suivre et de vouloir rester avec moi. La solitude en réalité, ne convient pas à tout le monde, et s'il est là depuis plus de 10 jours, il n'a pas dû côtoyer beaucoup de monde. Je marche en silence, à travers les extérieurs donc du village, et je ne cherche pas à nouer une quelconque conversations, je songe à lui, et à moi ensuite, me rendant compte que cette rencontre fortuite, aurait des répercutions sur ce moi qui se veut froid et glacial... et rapidement, je balaie ces pensées de mon esprit. Idiot, de penser qu'un homme inconnu, puisse me toucher encore, il ne m'apportera rien, sauf peut être protection ou semblant en ces temps anciens. Et puis, les mots passèrent ma bouche, avant même de ne songer plus avant à ce que j'allais dire. "Comment s’appelait elle?" Je parle bien sûr de la sorcière, ça m'étonnerait qu'il s'agisse d'un sorcier, sinon il aurait dit "foutus sorciers". Je ne l'avais pas dit avec dédains et froideur, non...je l'avais dit d'une voix douce, et avec gentillesse sincère.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 94
inscrit le : 28/11/2015
crédits : Stolen Paradise

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Mer Mar 02 2016, 17:29

Les mots étaient sortis de la bouche de Liam trop vite, cela lui avait vraiment échappé. Il la regarda croiser les bras et lui faire la leçon. Cela aurait pu être comique, mais Liam avait vraiment perdu tous sens de l’humour. Oui elle lui avait sauvé les fesses et il n’était guère reconnaissant, mais était-ce vraiment de sa faute ? Probablement, mais le métamorphe n’était pas prêt à l’admettre à voix haute. Il lui faudrait du temps et pas qu’un peu. Un simple merci aurait suffi, mais même ça, était trop dur à sortir. Le Cait Sith la foudroya du regard. « Je ne suis ni petit ni sans défense. Je sais juste mettre mes priorités ailleurs que vous. » Il ne se laisserait pas marcher sur la tête non plus. Mais il préférait partir que de la voir tuer ces hommes. Le métamorphe savait utiliser la violence, mais que dans des cas extrêmes. Il n’était pas un monstre sanguinaire. Il savait utiliser sa force, comme tout métamorphe et tuer quand il fallait, comme faisaient les animaux. Tuer par nécessité et rien d’autre, c’était mieux ainsi. Liam prit l’épée qu’elle lui tendit et il l’accrocha le mieux qu’il le put autour de sa taille. « Qu’y avait-il de mal là-dedans ? Faut-il être le gros salaud de l’histoire pour vous plaire ? » Ironisa-t-il. Il retrouvait gentiment de son piquant à force de se faire embêter.

Il ne se comptait pas se laisser marcher sur la tête, c’était évident. Il était peut-être chevaleresque ou peut-être pas. Il avait fait preuve d’une fausse gentillesse en réalité. C’était plus son côté mou qui s’exprimait qu’autre chose. Le fait qu’elle ne jacasse pas toutes les trente secondes l’apaisaient. Clairement, Liam n’aimait pas quand cela parlait trop à côté de lui. Ce n’était pas pour rien qu’il avait choisi le métier de garde faune. Il appréciait la tranquillité et le calme. L’appel de la nature était quelque chose qui correspondait avec son côté métamorphe, clairement. L’homme était bien loin de se douter qu’en exprimant sa rancœur envers la sorcière, il avait montré son dégoût pour cette espèce. Ce n’était pas sans conséquence ni sans supposer qu’il y avait une histoire là-dessous. Liam tressaillit quand Margot lui demanda comment elle s’appelait. « Qui ça ? » Au début il ne comprit pas, mais cela fit rapidement lumière là-haut et il comprit qu’elle parlait de la sorcière qu’il connaissait. C’était du moins ce qu’il supposait. Liam regarda le plaid qu’elle portait. Elle sentait bien des odeurs, mais il s’était habitué à flairer ce genre d’odeur dans l’auberge d’Inverness.

S’ils se situaient encore à Inverness, ce qu’il supposait par déduction. Il n’avait aucune preuve en soi. « Vous voulez passer la nuit dehors ? » Non parce qu’il ferait froid. Ils risquaient de mourir gelé. D’un autre côté, il se demandait vraiment comment il allait la ramener au village. Cela lui semblait un peu compliqué pour le coup, voire beaucoup. Il n’avait pas la moindre idée de comment ils allaient faire. Oh ils auraient bien le temps de se torturer l’esprit après tout. Liam avait comme l’intuition que ce serait bien le dernier de ces soucis avec cette femme. Elle semblait savoir ce qu’elle voulait dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 147
inscrit le : 07/02/2016
crédits : A venir

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   Mer Mar 23 2016, 16:36

Montre-leur les vieux démons.
Ressuscite leurs peurs ancestrales. L'indifférence, c'est la mort. Sans ténèbres, il n'y a pas de lumière. Sans mal, il n'y a pas de bien. Donne-leur le choix.
Dan Brown





Voyons voir, il tentait de se défiler. Je souris en coin et ce malgré l'humidité du climat, le froid aussi qui me mordait les jambes, le fait qu'on ait voyagé dans le temps sans être prévenu, le fait qu'il fasse nuit noire, et qu'il n'existe pour l'heure aucune porte de sortie. "La sorcière qui vous a broyé de l'intérieur... celle qui résonne encore dans ces mots... foutus sorcières. Ne vous blâmez pas j'ai passé les 10 dernières années de ma vie à observer les gens, et ils sont si faciles à lire... trop peut être." Lui dis-je tout en avançant dans la forêt. Au loin, on entendait rien... c'était étrange d'ailleurs, ce rien ambiant. Pas de circulation, pas d'avion dans le ciel, pas même le bruit d'un lointain train. "Dormir dehors... Avons nous le choix? Je ne connais personne de cette époque, je ne suis pas assez ancienne, ni assez..." Noire j'allais dire, mais je me retins. "Vieille... pour pouvoir connaître quelqu'un ici, les seuls connaissances magiques puissantes, ne sont clairement pas encore nées. Peut être un feu nous aiderait il à ne pas mourir de froid... Savez vous chasser?" Nous nous enfoncions dans la forêt, jusqu'à ne plus rien distinguer alentours. "Je ne peux pas voir dans le noir, je ne suis pas nyctalope, mais comme je vous présume métamorphe, de part votre aura, vous devez l'être vous... " Je m'arrêtais un instant, cherchant dans mes souvenirs, dans ma tête noire et troublée, une formule pour faire naitre le feu. "Une branche suffira..." Dis-je alors à moi même, mais à haute voix. Je baragouinais quelques mots en vieux celte, et le feu se créa de lui même dans cette branche d'arbre au sol, humide comme le reste de la terre. "Que le feu soit..." Dis-je théâtralement, tout en tournant ma main vers le haut, dans un geste noble, montrant ma coupure à son œil. "Ah... oui, il faut que je m'occupe de cela, si je ne veux pas mourir de septicémie précoce..." Dis-je tout en regardant ma plaie. Je pris une branche sur laquelle je m'y feu, et me dirigeais plus loin dans la forêt rasant le sol pour entrevoir les herbes. "Je reviens..." Dis-je simplement, absorbée par ma tâche. Nullement inquiète de croiser des bandits de grands chemins, ou pire encore... non nullement inquiétée de cela.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Never be afraid... But... Now... - Liam Ó Súilleabháin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un plan diaboliquement ingénieux ▬ Liam
» Ephyre Maddyson Rose - Are you afraid ?
» [Caldwell House] You know, I give up too. | Liam <3
» Les premières traces d'une Elfe nécromante sur Ashan.
» GENESIS • « La mort a pour moi le visage d’une enfant au regard transparent. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Season 1 - CLOSED
 :: 
1745 Cloture
 :: 
Centre
-