AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 11:48

Leah Lloyd


 
Nom Lloyd Prénom(s) Leah  Âge25  Date et lieu de naissance 17 Avril 1990 à ManchesterNationalité & origines Anglaise Espèce Humaine Etat civil Célibataire  Profession Étudiante  Caractère  Globalement, les gens disent de moi que je suis ouvertement bizarre, mélangeant quelqu'un de sympathique et d'incroyablement décevant. Je suis gentille et agréable, forte et sociable. Je peux paraître être quelqu'un de fragile, mais je ne le suis pas tant que ça. Je peux me montrer violente et autoritaire, et mes défauts si s'en ont réellement, se voient comme mon nez au milieu de mon doux visage. Je suis rancunière, particulièrement amère vis à vis de mon passé, je peux être même assez vicieuse, jalouse, sournoise, et capricieuse. Mais étrangement, je peux être quelqu'un d'exceptionnel, je suis une battante, une détermination sans faille, ma loyauté est sans doute le trait de caractère qui me définit le mieux. Je suis quelqu'un d'extrêmement passionnel, et parfois, j'aurais envie de me flinguer pour cela, et assez lunaire, il m'arrive de m'évader, dans un monde qui n'appartient qu'à moi. Un monde sans limite, un monde sans loi.  Groupe Saints & Sinners   

histoire

Il est temps de passer à l'histoire du personnage, et vous pouvez la présenter et la rédiger comme bon vous semble, la qualité est privilégiée à la quantité (300 mots minimum) mais, soyons logiques dans les proportions, un personnage âgé de plusieurs siècles requiert plus de matière qu'un personnage d'une vingtaine d'années, sans aller dans l'excès bien sûr, mais un minimum de développement tout de même.  

pseudo/prénom Myu âge 23 dans une semaines exactement Comment es-tu arrivé par ici ? Via facebook, un petit j'aime sur une pub et j'étais là Autre(s) compte(s) Nope, et je ne compte pas en faire pour ne pas m'éparpiller  présence Autant que possible  remarque Je vous aime et vous embrasse un à un avec plus ou moins d'amour  Crédits avatar par moi et Signature de Shiya Avatar Emily Kinney


Code:
<span class="av1">Emily Kinney</span> › Leah Lloyd




Shut up and save me !


Dernière édition par Leah Lloyd le Sam Mar 05 2016, 12:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 11:48


histoire


Lorsque la vérité se dissimule... L'obscur souille nos pas et enlace nos cœurs...

Mon existence marqua ses débuts avec la complexité du monde. Des heures de souffrances pour une seconde de bonheur. La seconde où l'on entend le premier pleur, celui qui annonce la réussite de la mise au monde. Les premiers cris de l'enfant qui grandira et prendra une importance capitale dans la vie d'une mère et d'un père. Quant à l'enfant qui autrefois était le seul de la famille, il deviendrait alors, selon son degré de jalousie, un mentor, ou un bourreau, vis à vis de l'enfant, en l'occurrence moi, qui prenais sa place de jeune premier. Grandir auprès de mes parents fut un bonheur que je n'expliquerais pas, un secret, une intimité entre nous que je ne partagerais avec personne. Notre lien indescriptible, cette vie à leurs côtés, sentir leurs bras caressant mon épiderme avec amour en une étreinte, était un fragment de temps, qui n'appartenait qu'à nous. Quant à mon frère, Dimitri, il était un réel besoin à mon épanouissement personnel. Je le suivais comme une ombre, attendant derrière la porte des toilettes tandis qu'il désirait un moment d'intimité. Sautant sur lui lorsqu'il revenait des cours, pleurant de son absence. Râlant parce qu'il me rejetait, le haïssant parfois même, lorsque le moment était peu opportun de le déranger, mais que je le faisais quand même, et qu'il réagissait comme un adolescent qui ne supportait plus son pot de colle de cadette. Et alors que je pensais ma vie finie, à l'instant même où Dimitri me rejeta tout simplement de sa vie en désirant sortir et vivre une vie d'ados dans les rues de la ville... Je tombai sur un livre qui narrait l'histoire d'une femme grosse et laide, à l'allure grotesque, qui se faisait appeler Marie-Antoinette. Je développais ainsi une addiction pour l'histoire, en particulier celle de France, qui parfois me donnait envie de pleurer tellement certains personnages du passé me semblaient ridicules. Tout comme les femmes accomplies d'antan, je me mettais à m'intéresser au piano, à défaut de ne pas trouver de cours de clavecin, à la vieille littérature, ainsi qu'à la comédie et la danse. Une artiste ? Non, juste une obsédée d'histoire aux mœurs différentes. Je développais également un goût prononcé pour le théâtre, qui me permettait de me balader dans chaque époque connue, dans la peau de tout personnage, de ressentir des sentiments qui m'étaient encore inconnus. Je faisais de ce goût, une vocation, pour laquelle je commençais à travailler durement, avec des A dans toutes mes matières, et du rôle de Wendy dans Peter Pan, pour le spectacle de fin d'année de mon école primaire.


Parallèlement,  ma mère avait accouché d'un petit garçon de deux ans mon cadet. Il était quelqu'un d'enjoué, voué à un grand avenir. Avec espoir, je tentais de lui inculqué quelques bases afin de réussir sa vie du haut de mes huit ans d'expérience. Je lui racontais avec amour Marie-Antoinette à la tête coupée, au petit Napoléon, ainsi que la guerre de quatorze dix huit menée par les braves citoyens français contre le méchant moustachu. Mais alors que tout semblait aller bien dans le meilleur des mondes. Le bonheur bascula comme un cheveux tombant dans ma soupe, de manière surprenante, d'un seul coup, comme ça, sans raison apparente. Mes dix ans furent frappés par la fatalité, avec l'élégance d'une insulte fendant l'air et démolissant mon cœur avec acharnement, comme un " hey, joyeux dix ans pouffiasse ! " avec en prime, une tension de majeur.
Sortant d'une boutique de sucrerie, mes parents avaient cédés aux caprices de leurs deux enfants encore en âge de croire que les Disney ne sont pas simplement des dessins animés, mais la réalité. Nous avions voulu une glace, et tandis que Dimitri râlait de devoir sortir en famille un samedi ensoleillé, mes parents lui demandant de profiter de notre famille pendant qu'il en était encore temps, ne faisaient pas attention à Mickaël, qui avait lâché ma main parce qu'un chat traversait la rue devant nous.
" MICKAËL ! " Mais alors que les sons sortaient de mon gosier avec une force herculéenne, et que ma glace s'étalait sur le sol avec fracas, Mickaël s'était déjà élevé dans les airs, embrassant avec violence le capot de la voiture qui ne cessait d'accélérer, ne voulant faire face à son destin. Des cris, des pleurs, une impossibilité de bouger, le regard figé sur l'enfant qui quelques secondes avant, serrait ma main avec bonheur. Son regard vide était rivé sur le chat qui l'observait tranquillement de l'autre côté de la route. Mickaël tendait la main avec difficulté, avec l'espoir de recevoir une caresse dans le creux de sa main de la part de l'animal pour lequel il avait tant souffert. Et moi, accroupie sur le sol, je l'observais s'éteindre, la vue brouillée par les larmes qui perlaient en abondances sur mes joues. La douleur vive qui embrumait mon cœur,  se mura alors dans un silence.

En l'espace de deux ans, le monde sembla oublier la douleur, sembla oublier le son de ma voie, qui avait été autrefois, si cristalline et enjouée qu'elle donnait sérénité et joie au plus dur des êtres humains. Comme si je n'avais jamais dit mot, la vie avait repris son cours, mes parents ayant laissé tomber l'idée de me faire reparler un jour. Ils avaient pourtant tout essayer, mais en vain, je restais dans mon mutisme, et pour tout avouer, je ne me sentais pas moins heureuse. Mes journées se résumaient à la lecture de romans historiques, ou de morceaux de pianos, que j'effectuais avec tendresse, tristesse, et amertume. Ce n'est qu'à l'instant où un oiseau heurta la fenêtre de mon salon que ma voix refit surface. Un son avait fait vibrer mes cordes vocales, de sorte à former un "OH ! " surpris. Et je n'étais pas la seule personne surprise ici. Il y avait mes parents, et Dimitri, qui m'observèrent comme si je venais de renaître. Et croyez-le ou non, mais j'eu l'impression que c'était un peu le cas. Et alors que mes yeux pétillants se posèrent sur ma famille, un sourire se dessina sur mes lèvres, annonçant mon retour parmi les vivants. Je retournais alors en cours, et mes efforts me menèrent à être l'élève la plus studieuse que mon école eut connue. Ma vie redevint normale. J'heurtais parfois la tristesse, mais je finissais toujours par remonter la pente. Dimitri me maintenait à flot, et je ne voulais pas décevoir mes parents, qui vouaient leur existence à protéger la vie humaine contre le mal. Mon père se battant pour la Justice et la loi, et ma mère, sauvant des vies heure après heure avec toute l'humilité qu'elle possédait. J'allais me battre pour devenir quelqu'un d'honorable.

Mais alors que mes vingt cinq ans s'annonçaient être merveilleux, le destin sembla vouloir me rattraper. Alors que je marchais paisiblement dans les rues de mon quartier en direction du parc un soir d'hiver. Je tombai nez à nez avec un homme de taille imposante, et dont le regard me glaçait le sang avec effroi. Ses dents, si blanches, semblaient affutées comme des lames de rasoirs, tant et si bien qu'il semblait transpercé sa propre chair dans un moment inattention. La peur au ventre, je me demandais s'il était réellement humain, ou non. Et alors qu'il avança son visage vers moi, son haleine putride caressant mon visage tout en me lançant un message mortuaire, je le frappais de toutes mes forces, refusant de me laisser mourir après tout ce que j'avais enduré, puis couru jusque chez moi avec l'espoir d'y trouver du réconfort.  Mais ce que j'y trouva fut l'anéantissement de tout espoir, de toute réconciliation avec la vie. Le malheur avait repris possession de mon cœur, avec tant de facilité que je sentis le désir de mourir, de vagabonder dans mes songes pour l'éternité. Trois cadavres baignaient dans un océan de sang, tandis qu'une âme perdue et torturée se frayait un chemin parmi les décombres  de la vie qu'ils avaient menés afin de les embrasser une dernière fois, recouvrant de larmes le visage qu'elle avait longtemps couvé de regards aimants.  Et lui... Il se tenait là, l'ange de la mort, me regardant avec un regard que je ne comprenais pas, mélangeant peut-être un soupçon de pitié et d'indifférence. Mon regard pénétra le sien tandis que je réalisais que ma vie était réellement finie, que jamais plus je ne serais sereine, que jamais plus je ne pourrais enlacer ma famille, je réalisais soudain, qu'il m'avait pris mon espoir... Mais avant d'avoir pu avoir le fin mot de tout cela, il était parti, ne laissant autour de moi, qu'un cimetière dont je me retrouvais la principale âme tourmentée. Je n'ai pas compris pourquoi nous, je n'ai pas compris qui, ni comment, mais rien ne s'était passé par hasard, rien n'arrivait jamais rien par hasard. Et lui ? Pourquoi se tenait-il là ? Droit sans rien faire, droit sans rien dire. Avait-il fait quelque chose ? Avait-il tenté d'essayer ? Il était là pourtant. C'était lui, qui m'avait tout enlevé. Et alors que je me disais cela, je retrouvais cet homme qui avait évincé mon malheur de son existence comme on fait disparaître un insecte gênant de son champs de vision. Il se tenait à nouveau devant moi, le regard impassible, cependant, il me reconnaissait, je l'aurais parié. Et alors que mon arme était pointée sur sa tête, sur son visage sans émotion, je ne pus me résoudre à tirer, me rendant compte que je ne faisais pas partie de ces gens là. Je laissais tomber l'arme à mes pieds, les larmes perlant de nouveau sur mes joues de porcelaine. C'est alors que de nouveau, il me consola, mais cette fois, il ne parti pas sans moi.


Je vivais la souffrance comme une amie de longue date, comme si entre nous, tout était de bonne guerre. La souffrance faisait partie de moi comme si elle ne pouvait disparaître, et j'appris alors, que je devais accepter tout cela. Je devais accepter le fait que je serais seule à jamais, que toute personnes que j'aimerais meurent de façon inexpliquée. Que mon cœur, bien qu'il ne se reconstruise, se brisera à peine réparé. Que j'étais l'enfant de la fatalité, celle qui survie, celle qui subit.



Shut up and save me !


Dernière édition par Leah Lloyd le Sam Mar 05 2016, 14:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 11:49

Bienvenue Officiellement!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 11:50

Merci bien =D



Shut up and save me !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 267
inscrit le : 14/12/2015
crédits : Gorgeousmali

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 11:52

Bienvenue parmi nous ma belle, en espérant que tu t'éclateras avec ce perso lov


« Chaque souffle nous rapproche de la mort. » H. A.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 11:59

wazaa wazaa wazaa wazaa wazaa wazaa wazaa wazaa
Tu sais que je t'aime toi ? Welcome je disais donc o/ Courage pour ta fiche et mp moi quand tu veux wazaa pnq
Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 12:01

Haw merciiiiiiiiiiiiiiiii lov lov lov lov lov lov



Shut up and save me !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 696
inscrit le : 27/10/2015
crédits : Blondie

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 12:06

Bienvenue et rebienvenue ! On est tous super ravis de t'avoir, alors attend toi à une avalanche de mp !


 HEAR ME ROAR
LET THE WIND CARRY US, TO THE CLOUDS, HURRY UP. WE CAN TRAVEL SO FAR AS OUR EYES CAN SEE. WE GO WHERE NO ONE GOES. OUR DREAMS ARE NEVER TOO BIG.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 12:23

lov lov lov HAW je me sens si aimée, si adulée, je suis genre, heureuse ouais !!!! lov lov lov

Merci et pleins de poutous



Shut up and save me !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 96
inscrit le : 28/02/2016
crédits : Swan

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 12:46

Bienvenue donc jeune humaine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 14:11

Merci mille fois lov
J'ai hâte de pouvoir vous montrer de quoi je suis capable *o*



Shut up and save me !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 14:42


Félicitations, t'es validé !

Bienvenue chez les fous.



Tu es enfin mon esclave personnel ma petite protégée! *o* *o* Ta fiche m'a fait frissonner. Tu écris sincèrement bien, ton style d'écriture pète le feu et tu respecte tellement bien le personnage que j'avais en tête. lov Tu promets tellement que je ne peux pas attendre je te valide. Bienvenue chez les fous jolie dame wazaa

Bravo, le plus dur est fait.
Tu as terminé ta fiche, l'épreuve la plus pénible du rpg. Maintenant tu peux officiellement entrer dans le jeu
Avant de te lancer dans le rp, quelques petites choses. N'oublie pas de vérifier que ton avatar figure bien dans le bottin. Normalement, il sera ajouté lorsque ta fiche aura été validée par un admin, mais les oublis sont toujours possibles. Ensuite, tu peux aller créer tes liens et aussi des scénarii si ça te chante. Après ça, le monde est à toi petit padawan ;) Oh, et n'oublie pas d'aller te trouver du boulot, ou de te déclarer ici
En cas de souci, si tu as une idée de lieu à ajouter, ou bien une question concernant l'évolution de ton personnage, la moindre incertitude, tu peux en faire part au staff. On est un peu givrées mais pas méchantes, surtout n'hésite pas on n'a jamais mordu personne (encore). (ok je sors..) Et sinon, pense à vérifier ce topic pour les nouveautés qui seront ajoutées au forum pour plus de piment, de fun, d'embrouilles (en rp évidemment!).
Voilà, je crois que j'ai fait le tour. Maintenant, vas-y, vole de tes propres zailes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    Sam Mar 05 2016, 14:47

lov lov lov lov lov lov  MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII  lov lov lov lov lov lov
Tant de compliments ça me touche beaucoup



Shut up and save me !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless    

Revenir en haut Aller en bas
 

You're fucking idiot, and I... I'm fucking useless

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poèsie d'un idiot
» Comment avoir Tategami ( pas de you are a idiot ) !!!!
» [A useless but fun topic] Touhou Strange poses
» Boîte aux lettres (L'idiot du village)
» sondage idiot pour GI désoeuvré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Who's who
 :: 
Enter the Dance
 :: 
congratulations !
-