AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You are the living face of my worst pain. My failure.(Leah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fear me, love me, die for me.
parchemins : 161
inscrit le : 06/03/2016
crédits : Illyan :D

MessageSujet: You are the living face of my worst pain. My failure.(Leah)   Lun Mar 14 2016, 14:28


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You are the leaving face of my worst pain. My failure.
Leah & Loki


Elle est imprudente. Seule elle marche sans prêter une attention particulière à ce qui l'entoure, et elle évite les axes couramment empruntés pour des chemins plus retirés, ou elle ne risque pas de croiser quelqu'un, surtout à une heure tardive. Cela me contrarie. Il y a pourtant cet ancien chasseur, cet homme à l'allure brutal qui semble l'avoir prit sous son aile. Il va falloir que j'ai une discussion avec lui s'il compte lui offrir un foyer sans la protéger. A n'importe quel moment je pourrais simplement sortir de l'ombre et lui couper le souffle d'un mouvement. Elle serait privée de ses forces, incapable de crier ou même de respirer. Je pourrais la tuer, ici, et il ne me faudrait que quelques secondes. Or je suis loin d'être le seul vampire à Inverness et elle est à présent une délicieuse jeune femme, ce qui pourrait aussi très certainement attirer l'attention des garous, ou des trickster, qui ne manqueront pas de sentir la détresse qui émane d'elle.

Cette détresse j'en suis responsable. J'ai tué sa famille. J'aurais dû la tuer aussi, bien qu'elle n'ai pas été avec eux quand cela s'est produit, il ne m'a pas été difficile de la retrouver. Mais je n'ai pas pu. Pour la première fois depuis des siècles, depuis ma mort et ma renaissance, je n'ai pu prendre une vie. Je ne peux même me résoudre à lui faire du mal. Je ne comprends certainement pas cette répulsion à l'idée même de le faire. Ce serait pourtant plus simple. Avec sa mort, disparaîtrait cette obsession qu'elle fait naître en moi. Elle n'est rien pour moi et pourtant je l'observes de loin, je veilles sur elle depuis ce jour. Elle n'est pas elle, mais elle lui ressemble tellement que le choc à faillit me faire perdre mon équilibre la première fois que je l'ai vu. Après avoir vu Sinead, et m'être assuré que je ne souffrais pas d'hallucinations et qu'elle n'était pas une héritière de sa lignée directe je me suis pris à croire un instant que l'amour de ma vie était vivante. Que quelque part, quelque chose, quelqu'un lui avait redonné une vie. Mais ce n'est pas elle. Leah est juste Leah. Une orpheline hanté par ce passé chaotique que j'ai créé et à présent c'est elle qui m'obsède.

Les années passant, j'espère que la ressemblance disparaîtra, qu'elle perdra ses traits et cette allure qui en font l'incarnation de la femme que j'ai tant aimé. Peut être qu'adulte ce lien disparaîtra. Et alors je prendrais sa vie. Son sang certainement aussi. Ce serait dommage de le gâcher.

L'ancien quartier de Inverness est un peu trop côtoyé par les créatures de toutes races pour que je puisses tolérer qu'elle y aille. Partout je sens les énergies d'êtres surnaturelles et un grondement sourd résonne à l'intérieur de moi. Je finis par apparaître devant elle, au détour d'un mur de pierre vieux comme la ville. D'une voix grave je m'adresses alors à elle.

-Rentres chez toi jeune fille. Les vieux quartiers ne sont pas des endroits sûrs.


 
Emi Burton/Mickaëla Weaver


◈ Fear your dreams they're hiding nightmares. ◈
▽ In the beauty are evil. In happiness the most painful grief. You are your own ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 26
inscrit le : 05/03/2016
crédits : Avatar : Even / Signature : Shiya

MessageSujet: Re: You are the living face of my worst pain. My failure.(Leah)   Lun Mar 14 2016, 22:34

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 You are the living face of my worst pain. My failure.

Ft. Loki

La lumière des réverbères était ma seule source de lumière en cette nuit d'étrange obscurité. Agrippée à ma besace, je tentais de marcher d'une allure vive. Je sentais mon cœur sauter un battement alors qu'un bruit résonnait dans le silence, provoquant en moi, un stress dont l'issue était un sursaut, et un regard en arrière. Mes yeux clairs parcourant l'espace, je reprenais mon calme afin de reprendre ma route, tandis que l'un des lampadaires grésillait avec ardeur, provoquant ainsi, une mise en situation des plus malsaines. 

Avec prudence je m'avançais dans les ruelles vétustes de la ville, et plus je m'enfonçais, plus je sentais une présence étrange, une présence que je semblais connaître, comme si, elle sortait tout droit d'un souvenir que j'avais oublié, mais qui n'avait pas disparu totalement de ma mémoire, malgré tout mes efforts. Lentement, je sorti un petit miroir de ma besace, afin de pouvoir guetter le moindre mouvement qui pourrait apparaître à mes arrières. 

Mais alors que je continuais, je sentais un gouffre se former entre moi et ma sécurité. Mon père m'avait souvent dit qu'une personne ressentait toujours cette sensation de trouble lorsqu'une chose de mal allait se passer, comme un sixième sens, cet instinct de survie se mettait en éveil, et ce, malgré le fait que nous ne pouvions rien voir de cette épée de Damoclès qui se dressait sur notre tête. J'avais cette sensation désagréable de sentir la pointe de sa lame caresser ma chevelure, comme pour me laisser un message tel que : tu vois ? Je suis là. " Allez Leah, ce n'est rien. Avance, et tout se passera bien. " Me dis-je à moi-même, afin de me donner confiance. Comme si le simple fait de parler à voix haute allait me faire sentir moins seule, moins vulnérable. 

Je continuais de marcher tandis qu'un bruit retentit dans l'obscurité, m'arrachant à mon espoir. Je m'arrêtai net. Le cœur battant, j'observais mes arrières par le petit miroir que je faisais bouger lentement, sans geste brusque, observant la ruelle dans tout les recoins. Dans l'ombre, une ombre remua, et je sentis mon coeur sauter un battement, me donnant l'impression d'un micro arrêt cardiaque. Haletante, je me concentrais sur ce point d'ombre qui laissa alors apparaître deux petits yeux lumineux d'une vivacité qui me glaça le sang, au ras du sol. Ouvrant la bouche à moitié, je laissais échapper un râle d'air afin de tenter de calmer mon pouls, mais alors que cet air passait dans le fond de ma gorge, les deux yeux remuèrent, me laissant apercevoir son propriétaire. Il s'agissait là d'un chat de gouttières cherchant des restes dans les détritus des maisons environnantes. Surprise, je laissais échapper un petit hoquet léger de stupeur, accompagné d'un petit rire jaune, signifiant un soulagement soudain. 

Je fermais les yeux. " Ca va aller ! Ca va aller, ca va... aller... " Je me répétai alors cela plusieurs fois, comme un mantra, comme si ces simples paroles pourraient me redonner ma sérénité d'il y avait quelques minutes. J'inspirai profondément, puis soufflais lentement. J'ouvris alors les yeux, et c'est là que je le vis. Lui. Celui dont le regard m'avait glacé le sang autrefois, et qui me glaçait le sang encore aujourd'hui. 

Il se tenait droit devant moi comme autrefois, et me regardait de ce regard sinistre, qui m'avait tant bouleversé il y a de cela une année. Je restais coite, pendant que l'homme m'annonça que je ne devais pas rester ici, que les quartiers étaient peu fiables.

Je réussis à déglutir malgré l'angoisse qui s'était emparé de mon organisme, le bleu de mes yeux plantés dans l'obscurité des siens. Mon visage proche du sien, mon souffle effleurant sa peau d'une caresse hurlant l'insécurité et la peur. Je ne pus lâcher mot, ne sachant pas si mon heure était venue ou non. Si cet homme m'avait retrouvé, ce n'était pas pour rien, peut-être était-il venu afin de finir ce qu'il avait commencé.

Je pensais alors à Ilyan, que j'aurais aimé remercié finalement pour son soutient et sa protection, son amitié troublante... Je pensais ensuite à ma mère, mon père, et mes frères, qui me manquaient chaque jour un peu plus... Et finalement, consciente que je ne pouvais me défendre, que je n'étais qu'une pauvre petit orpheline pitoyable de par son humanité et sa fragilité affligeante, je fermais les yeux... en acceptation de ma pénitence. 
 

© charney



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Shut up and save me !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fear me, love me, die for me.
parchemins : 161
inscrit le : 06/03/2016
crédits : Illyan :D

MessageSujet: Re: You are the living face of my worst pain. My failure.(Leah)   Mar Mar 22 2016, 10:21


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You are the leaving face of my worst pain. My failure.
Leah & Loki


Une blondeur presque lumineuse dans la nuit épaisse. Une peau si blanche qu'elle en paraît irréel. Et ses grand yeux qui tâchent de percer l'obscurité et découvrir ses secrets avant qu'ils ne lui tombent dessus. Elle marche rapidement, en tâchant de se faire discrète. Ce qu'elle serait si son coeur ne battait pas si vite, accélérant le flot alléchant de son sang. Je pourrais la retrouver n'importe ou. Avant même que mes sens ne me préviennent de sa présence je le sens. Quelque chose résonne en moi. Comme une blessure à jamais ouverte, qui battrait de son propre rythme, restant sourde tant qu'elle n'est pas là à proximité. Elle a l'âge qu'avait mon aimée quand nous nous sommes mis ensembles envers et contre tout. Quand nous avons liés nos vies en condamnant la sienne. Et de voir à présent son incarnation marcher la peur au ventre, me rend fou de rage.

Tout est de ma faute. Sa mort en premier lieu. J'aurais dû mourir avec elle. L'accompagner dans l'au delà avec notre enfant plutôt que de vivre cette vie qui n'est qu'un long purgatoire ponctué d'horreurs. Cette jeune fille est certainement ma propre punition, là pour me hanter, me rappeler ce que j'ai fais. A mon premier amour puis à sa famille. Car cette jeune femme qui elle est bien vivante, vit dans la peur car c'est le cadeau que je lui ai offert. Je ne m'en sens pas coupable. C'est ce que je fais, ce que je suis. Je distille le plaisir et la peur, la vie et la mort. Je donnes pour prendre beaucoup plus, offrant un marché de dupe à qui se laisse attirer par le chant de sirènes que j'incarne. Je promets pour mieux briser. Je déclares pour mieux tromper.

J'aime la peur et la douleur. Ce sont des sentiments tellement intenses, et si personnels. Ils créent des expressions que nulle autre émotion ne saurait donner à un visage. Ce sont des moments de transformation que je bois avec autant de plaisir qu'un italien sirotant un verre de Chianti.

Elle se parle à elle-même, étrange habitude humaine, comme si entendre leur propre voix pouvait chasser les démons. C'est pourtant bien le contraire. Elle est comme une petite souris, laissant des miettes derrière elle, si facile à pourchasser que ça en deviendrait presque agaçant...Je viens seulement d'arriver ici, et qu'elle soit également à Inverness est une coincidence agaçante. Elle s'arrête si près de moi que je me demande si elle n'est pas complètement aveugle malgré la clarté de ses yeux bleus. Ou alors...non c'est un abandon total. Elle est tellement morte de peur, qu'elle préfère se jeter dans la gueule du loup plutôt que de devoir courir une fois de plus. Son souffle est erratique, et sa peau frissonne, de froid ou de peur mêlées. Elle est toute petite, pas bien épaisse, entre l'enfant et la femme. Quand elle ferme les yeux, visage tendu vers moi, je meurs d'envie d'ouvrir cette gorge d'un mouvement du poignet, de répandre son sang sur son corps, de recréer ce dernier instant de vie de celle que j'aimais plus que tout. Mais si ces vies se confondent, j'arrives encore à les différencier, et le passé bien que cruel n'est que poussière. Aussi je me contentes de saisir son menton durement avant de reprendre la parole.

-Petite souris...tu es bien imprudente. Viens je te raccompagnes.

Je la lâches tout aussi brusquement, me retournant pour continuer l'ascension, figé dans mon mouvement pour être certain qu'elle se mettra à marcher de son plein gré. Je pourrais aussi la jeter sur mon épaule et la ramener ainsi, mais je doutes de résister à la mordre si les choses doivent se passer ainsi. Je devrais l'abandonner là. Ce serait certainement la meilleure chose à faire. Mais je n'ai jamais su être raisonnable, et je suis curieux aussi. C'est un nouveau jeu de dupe que voilà.

 
Emi Burton/Mickaëla Weaver


◈ Fear your dreams they're hiding nightmares. ◈
▽ In the beauty are evil. In happiness the most painful grief. You are your own ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You are the living face of my worst pain. My failure.(Leah)   

Revenir en haut Aller en bas
 

You are the living face of my worst pain. My failure.(Leah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Choisir la face du héros après avoir choisi sa classe [Résolu]
» Quel comportement adopter face aux insultes ?
» A pile ou face !
» [Fan-Fiction] Le Héros Face au Sorcier
» [Hors-Sujet] Moqueries, racket, provocation... Faire face ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Inverness
 :: 
Old Town
 :: 
Habitations
-