AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm sorry for everything that I've done - Sinead & Kea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
parchemins : 507
inscrit le : 22/10/2015
crédits : wednesday (avatar) may0osh (gif)

MessageSujet: I'm sorry for everything that I've done - Sinead & Kea   Mar Avr 12 2016, 13:17

Spoiler:
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Sinead & Keavy & Dawn
I'm sorry for everything that I've done
Elle l’avait vu, senti, l’électrochoc, l’onde de gravitation, toute une vie de foi, de passion, de croyance, de prières parfois, de soupirs souvent. C’était comme un courant d’air frais délicat, une grande rasade d’eau après une éternité de soif, comme une fraîcheur nouvelle qui mettait si bien en perspective la beauté du monde qu’un nouvel élan l’avait prise. Son petit cœur de faucheuse manqua un battement, comme si plus rien n’avait de sens, d’intérêt, que maintenant elle savait, et qu’elle avait eu raison d’y croire. Elle avait envie de pleurer toutes les larmes de son corps, pour toutes les batailles qu’elle avait mené, toutes ces joutes verbales qui n’en finissaient pas, ces moqueries aussi de croire en ces magnifiques êtres purs et d’une beauté inébranlable, qui se contentaient de nous regarder de là-haut sans vraiment rien intenter pour sauver les êtres humains… Dawn en venait même à se demander si ses missions étaient commanditées par les anges eux-mêmes, ou peut-être par les démons…

Et puis une idée, brillante, m’était apparue. Il fallait que j’aille la voir. Il fallait que j’aille voir cet être de lumière pour lui poser des questions… Mais le sentiment de peur, de trouille d’être déçue m’empoisonnait. J’avais l’indicible envie d’aller faire sa connaissance, de lui parler, de comprendre, mais… ma foi jusqu’ici inébranlable commençait à se disloquer. Pourquoi maintenant ? Pourquoi après ce bond dans le temps ? Quelque chose clochait là-dessous.
Et une personne pouvait m’aider à comprendre ce qui se tramait, pouvait me protéger, pouvait tirer ça au clair. Sinead.

Il y avait un peu d’orgueil aussi à l’idée de présenter pour la première fois un ange à Sinead, je ne pouvais pas m’en cacher – mais c’était bien plus ténu que cette curiosité morbide qui me prenait les tripes. Je voulais vivre de nouvelles choses avec Sinead, et c’était la seule personne proche de moi qui comprenait totalement les mystères de l’univers surnaturel. Il y avait bien O’Shean mais… je savais qu’il aimerait avoir une alliance avec les anges, une entente, découvrir de nouvelles choses, et je souhaitais avoir quelques cartes dans les mains avant que… avant que quoi d’ailleurs ? Mais tout cela n’augurait rien de bon.

Une fois n’était pas coutume, je m’étais téléportée dans l’arrière-boutique de la galerie de Sinead, espérant l’y trouver. J’avais repéré que l’ange travaillait au centre d’Inverness, dans une boutique, en tant que représentante ou quelque chose comme ça… On pouvait l’attendre après son boulot, pour… pour quoi en fait ? Je ne savais pas, mais le secret était trop grand pour moi, je devais aller demander conseil à mon… amie ? « Sinead, tu es là ? » dis-je en arrivant dans la galerie. « J’ai absolument besoin de toi, j’ai fait une découverte… Il faut que je te montre ça. »
BY .SOULMATES


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 267
inscrit le : 14/12/2015
crédits : Gorgeousmali

MessageSujet: Re: I'm sorry for everything that I've done - Sinead & Kea   Jeu Avr 14 2016, 11:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dawn ∞ Keavy ∞ Sinead

Cette galerie ... MA galerie. Je pensais comme beaucoup que ce ne serait qu'un caprice de plus, qu'au bout de quelques mois je m'en serais lassée, que j'en aurais fais le tour et que j'aurais confiance la gérance à quelqu'un d'autre, me contenter de superviser de loin les décisions de mon subalterne, jusqu'à ce que cette mission elle-même m'ennuie. Mais non, depuis que j'ai ouvert cette galerie, je prends réellement plaisir à m'y rendre chaque jour. Je n'y travaille pas seule, j'ai embauché quelqu'un, plus par plaisir de donner des ordres et par épater par mes nombreuses connaissances artistiques que parce que j'en ai vraiment besoin. Au vu du nombre d'artistes dans mes amants, il faut bien que cela serve à quelque chose tôt ou tard. Quand mon assistant ou mes potentiels clients posent leurs yeux sur mes toiles, ils n'en voient que la beauté, ils apprécient le coup de pinceau, l'oeil vigilant de l'artiste pour le moindre détails, le mariage des couleurs, la texture, la touche etc. Moi j'y vois une histoire, mon histoire retracée dans ces coups de peinture. Parfois mon visage apparait sur certaines des toiles que j'expose et vend, mais ce n'est qu'un personnage perdu dans la foule, il faut avoir l'oeil pour me reconnaitre. Moi je sais que j'y suis représentais, mais ce n'est que grâce au confidence de l'artiste sur l'oreiller, rien de plus. Toutes les toiles où je suis la plus reconnaissable sont chez moi, bien au chaud, dans mon coffre fort. Je les sors de temps en temps pour les admirer, mais je ne laisse personne les voir. Déjà parce qu'il serait difficile d'expliquer comment je peux être représenter aussi souvent sur des tableaux d'époques différentes. Une ancêtre à qui je ressemble, pourquoi pas, mais l'excuse ne passera pas à chaque fois. Et ensuite parce que j'aime à préserver une certaine part de mystère. Chaque toile de mon coffre à une histoire particulière et j'en suis la seule détentrice. C'est un des rares avantages de l'immortalité.

815 ans que je traine ma carcasse sur cette planète, il faut bien qu'il y ait un ou deux avantages derrière. De temps en temps, je sors une ou deux anecdotes des tableaux que je vends, quand j'ai eu la chance de rencontrer l'artiste de son vivant. Il y a aussi quelques artistes locaux, toujours en vie, qui tentent de percer. Je mise sur eux, j'espère qu'ils seront la nouvelle génération d'artistes que l'on va convoiter. J'aime chacune des toiles que je propose, je ne laisse rien au hasard. Il n'y a aucune toile que j'ai accepté à force d'acharnement de la part du peintre, jamais. Je ne suis pas femme à me laisser dicter ma conduite, cela ne fonctionnait pas dans les temps anciens alors que la femme n'avait pas le droit à la parole, ça ne fonctionnera pas aujourd'hui alors qu'elle est indépendante et maitresse de ses pensées et de ses actes. Je crois que c'est ça qui fait la richesse de ma galerie et qui lui donne de la valeur, mon oeil avisé et mon expertise dans le domaine. Je propose ce que moi-même je pourrais acquérir. Je vois le potentiel dans chacune des oeuvres. Ce matin nous recevons une nouvelle toile. J'ai rencontré l'artiste la semaine dernière pour un premier rendez-vous. Nous nous sommes vu dans un café, je tenais d'abord à le rencontrer lui avant de voir son travail. Nous avons discuté, le courant est plutôt bien passé. Artiste passionné, comme beaucoup dans son cas, il est parti de rien, à étudier l'art pour améliorer son geste. Quand il me parlait, j'avais la sensation de revoir Loki dans sa jeunesse. Aujourd'hui il n'est qu'une pâle imitation de ce qu'il était quand il était au sommet de sa gloire, à mes yeux du moins, car pour le reste du monde, le beau vampire reste inchangé. Je déteste l'idée de penser au beau blond, mais il va m'être difficile de ne pas le faire, vu que depuis quelques siècles, je sais qu'il est toujours en vie, quelque part. Il ne pouvait pas avoir la décence de mourir, comme tout le monde ? Non monsieur voulait faire dans l'original, monsieur a voulu devenir vampire ... Alors certes, on ne lui a peut-être pas demandé son avis, mais le suicide ça existe. Un coup devant le soleil et c'était réglé, plus de Loki. Monsieur a préféré la voie de la lâcheté et de la facilité, il a accepté ce qu'il était devenu et je le hais pour ça. J'ai rapidement abandonné mes sombres pensées pour accepter un second rendez-vous, cette fois-ci dans son atelier. Le rendez-vous était la veille et j'ai pu découvrir quelques toiles intéressantes. L'artiste a du potentiel, il a encore beaucoup de travail pour s'améliorer et devenir vraiment bon, mais il a ce petit je-ne-sais-quoi qui l'aidera à percer un jour et je l'y aiderais. Je lui octroie quelques remarques, lui donne quelques conseils et je finis par acheter une de ses toiles, ma préférée. Je n'en ai sélectionné qu'une seule, j'estime que les autres ne sont pas à la hauteur, mais je l'enjoins à perdurer, qu'il va arriver à faire quelque chose de vraiment bien, que je crois en lui. Je deviendrais sa muse s'il faut en arriver là, ce ne sera pas la première fois que je le ferais et certainement pas la dernière.

C'est donc en pleine admiration de la toile de mon artiste que j'entends cette voix qui m'est si familière. Mon assistant est surpris, il ne l'a pas vu venir et pour cause, elle s'est téléporter dans la galerie. J'esquisse un sourire, amusée de la surprise de mon assistant et heureuse de la savoir dans le coin. Je sais que nos têtes à têtes ne finissent jamais bien, mais je prends toujours énormément plaisir à la revoir. Il faut croire que l'on aime se faire du mal toutes les deux et que finalement nous sommes un mal nécessaire l'une pour l'autre. « Je suis là Dawn. » Je me tourne vers mon assistant quand Dawn apparait, magnifique comme toujours. « Vous pouvez disposer ... Allez donc préparer la place de ce tableau, j'aimerais l'exposer le plus rapidement possible. » Lui dis-je afin de l'éloigner de notre conversation. Je sais qu'il aurait aimé rester, la curiosité est un bien vilain défaut mais totalement mortel malgré tout. Une fois que sa silhouette a disparu dans la galerie, je me tourne de nouveau vers ma très chère Dawn « Quelle grande découverte as-tu faite pour être si impatiente de me la montrer ? » Lui dis-je dans un ton mi amusé, mi intrigué.
code by Silver Lungs


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Chaque souffle nous rapproche de la mort. » H. A.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
parchemins : 507
inscrit le : 22/10/2015
crédits : wednesday (avatar) may0osh (gif)

MessageSujet: Re: I'm sorry for everything that I've done - Sinead & Kea   Jeu Avr 14 2016, 12:41

Spoiler:
 





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Sinead & Keavy & Dawn
I'm sorry for everything that I've done
Elle était là, comme toujours, magnifique, parfaite et pure. Avec ce sourire qui en disait plus que le plus long des discours, avec cette fraîcheur qui transpirait de tous les pores de sa peau. Sauvagement disputées quelques jours – semaines, peut-être ? avec ce bond dans le temps, tout se retrouvait sans dessus dessous – auparavant, il n’en restait pas moins qu’elle était là pour moi, quand le besoin se faisait ressentir. C’était aussi pour ça que malgré toutes les divergences d’opinion, toutes les disputes incessantes, Sinead gardait une place sacrée dans mon cœur, car elle m’accepterait, quoi que je lui dise, quoi qu’il se passe.

Dans ce cas précis, je n’avais rien fait de mal merci mon Dieu, mais il m’était déjà arrivé, des siècles auparavant (quand dans ma plus terrible des jeunesses je ne comprenais pas encore la frontière ténue entre bien et mal) de rentrer d’une soirée les mains couvertes de sang, alors que des pans entiers de ma mémoire s’étaient volatilisés. Aujourd’hui c’était quelque chose de beau, quelque chose de grand, mais elle serait là aussi à mes côtés pour le vivre. J’aurais aussi bien pu lui dire « qui c’est qui avait raison ? » me moquer de ce manque cruel de foi ; quelque part au fond de moi, je ne pouvais pas lui en vouloir. C’était une obsession incroyable que la mienne, de miser, de parier sur l’existence de chevaliers de plumes qui ne seraient jamais venus nous porter secours. C’était d’ailleurs un point que je souhaitais éclaircir en premier avec ce… cet ange divin. Et je ne doutais pas une seconde que Sinead les attendrait au tournant avec cette histoire. Souvent je me prenais à penser que nous avions bel et bien été crées par des anges. Sinon, comment expliquer que nous pouvions être tués uniquement grâce à la lame angélique ? Je n’étais d’ailleurs pas certaine que leur venue sur Terre était une bonne chose : venait-ils pour les derniers instants de notre magnifique Terre, poussée dans ses retranchements par un humain toujours plus désireux de détruire tout ce qui l’entourait ? Trop de questions, mais je ne pouvais pas attendre, il fallait qu’on aille l’interroger.

L’assistant eu un sursaut quand j’apparus comme par magie – haha – dans la galerie, mais j’en avais cure : le malheureux croirait à une illusion de son esprit, comme bon nombre le pensaient. Il y avait des personnes qui avaient le don d’arriver près de vous sans que vous ne vous en rendiez compte, tel était le mien. « Je suis là, Dawn. » Je lui souris, prête à ronronner tandis qu’elle chasse son assistant d’un ton dédaigneux, princesse au milieu des mortels. « Quelle grande découverte as-tu faite pour être si impatiente de me la montrer ? » Je sais que Sinead est curieuse par cette irruption, mais quelque part, elle est bien loin de s’imaginer ce que je suis sur le point de lui livrer sur un plateau d’argent. Elle s’imagine peut-être qu’il s’agit d’une énième ruse pour renouer contact (peut-être que cela l’est, après tout ?). « Je t’y emmène. Par contre, tu me promets de ne pas poser de questions. » J’attrapai ses deux mains et, certaine que personne n’était là pour nous épier au beau milieu de ce tour de force, je nous téléportais toutes les deux près de là où l’angelot travaillait, derrière des containers qui nous protégeaient d’un regard indiscret. Arrivées sur place, je passai mes mains sur ma robe, surprise par le vent chaud soulevé dans la rue ; le printemps arrivait, Inverness se réveillait de sa torpeur hivernale, et ça faisait du bien. Je n’avais rien contre l’hiver, mais je préférais les doux rayons du soleil, qui rendaient les choses toujours un peu plus simple à vivre.

Je gardai une des mains de Sinead dans la mienne et m’approchai de la vitrine du magasin où la jeune femme travaillait en tant que responsable, ou quelque chose du genre. Je serrai sa main et je pointai de manière la plus discrète possible la jeune femme dans la boutique. Je lui chuchotai, alors que personne ne nous écoutait alentours : « Regarde-la. Je veux dire, regarde son âme, avec tes vrais yeux. »

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'm sorry for everything that I've done - Sinead & Kea   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm sorry for everything that I've done - Sinead & Kea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Inverness
 :: 
Downtown
-